MAROC VOYAGES TOURISME

Bassin Hydraulique du Loukkos

PRESENTATION

La zone du Loukkos s'étend sur environ 4 771 km2 et se divise en deux sous-bassins:

 

  • Dradère–Soueire-M'da: Ce sous-bassin d'une superficie de 1 041 km2 regroupe les bassins versants des oueds Dradère, Soueire et la partie amont de l'oued Mda.
  • Loukkos: Ce sous bassin d'une superficie totale de 3 730 km2 recouvre les bassins hydrologiques des oueds Loukkos, Ouarour et Makhazine qui prennent naissance dans la chaîne rifaine.

Selon le recensement de 1994, la population totale de la zone s'élève à près de 700.000 habitants. La population urbaine représente près de 35%. Les grandes agglomérations urbaines de la zone sont les villes de Larache et de Ksar El Kébir.

La situation sur la façade atlantique et au Nord-ouest du pays et la variabilité de son relief confèrent à la zone du Loukkos un climat méditerranéen à influence océanique. La pluviométrie moyenne interannuelle varie de 600 mm au niveau de la bande côtière et la basse vallée du Loukkos à 1800 mm sur les hauts reliefs du bassin du Loukkos.

Station

Module Interannuel

mm

Pluie maximale

mm

M'Douar

814

169,1

Boufferah

1.030

150,2

Dar Khroffa

790

79,5

S.A. Soussi

720

119,7

Oulad Jouaber

520

55,7

Mrissa

670

125,7

Bge O.El Makhazine

610

84,2

Larache

630

96,8

La température moyenne varie entre 16 et 19 °C avec un minimum en Janvier et un maximum en Août.

La température moyenne varie entre 16 et 19 °C avec un minimum en Janvier et un maximum en Août. L'évaporation moyenne est évaluée à près de 1450 mm. L'évaporation du mois de Janvier est la plus faible alors que le maximum est atteint en Juillet et Août. Ces deux mois totalisent à eux seuls 30 % de l'évaporation totale annuelle.

 

Le bassin versants du Loukkos connaît une érosion des sols relativement importante en raison à la fois des facteurs naturels défavorables (Relief, climat, géomorphologie, couvert végétal, etc…) et d'une forte pression humaine sur le sol et la flore (Le défrichement des forêts, le surpâturage et les pratiques culturales inadéquates).

 

Les mesures de l'envasement dans  les retenues de barrages et des transports en suspension au niveau des stations hydrologiques permettent d'évaluer la dégradation spécifique dans la zone entre 1150 et 3900 t/Km2/an.

 

Les zones vulnérables aux inondations dans la zone du Loukkos sont :

  • la plaine aval située en rive droite du Loukkos entre l'oued Ouarour et le barrage de garde où  l'augmentation de la fréquence des crues a engendré  depuis 1996 des inondations causant des dégâts importants.
  • la zone urbaine de la ville de Ksar El Kébir située au Nord de la voie ferrée, qui est dominée par deux bassins versants relativement importants caractérisés par de fortes pentes qui génèrent en périodes pluviales des crues rapides et violentes
  • Le centre Ain Beida, situé sur la rive gauche de l'oued Loukkos  juste après sa confluence avec l'oued Mghar
  • Le centre Laghdir, localisé dans le haut Loukkos qui connaît souvent des débordements de l'oued Loukkos en période de crues au niveau de la zone basse
  • Le centre Zeitouna situé sur la route liant Chefchaouen à Ouezzanen, longé par l'oued Tazarine dont les zones riveraines sont  exposées  aux inondations pendant la période pluvieuse.

RESSOURCES EN EAU

Les eaux de surface

Les principaux cours d'eau traversant la zone du Loukkos sont :

 

  • Oued Loukkos avec un apport moyen de 1200 Mm3/an et dont les principaux affluents sont Ouarour (160 Km2)et El Makhazine (630 Km2) ;
  • Oued Dradère-Souiere avec un apport moyen de 260 Mm3/an.

Le régime de leurs apports est caractérisé par une forte irrégularité interannuelle.  Les débits  d'étiage s ont généralement nuls,  à  l'exception  des cours d'eau qui drainent la nappe de R'Mel (Sakh-Sokh, Smid El Ma et El Kihel) avec un débit moyen d'environ 500 l/s et ceux drainant la nappe de Dradère- Souiere.

Oued

Station

Débits ( m3/s )

Module

Max

Min

Loukkos

M'douar

14

3400

0.2

Ouarour

O.Jouaber

1

306

0

El Makhazine

S. A. Soussi

7

828

0

Les apports mensuels maxima sont enregistrés entre les mois de Décembre et Février et sont souvent sous forme de crues importantes et violentes.

Les débits de crues peuvent atteindre des valeurs élevées. Ces apports varient aussi selon les zones et diminuent dans la zone Est avec la pluviométrie.

Zone

Superficie km2

Pluie mm

Apport ( Mm3/an )

Moyen

humide*

sèche*

Bas Loukkos

1 910

920

688

1270

344

Haut Loukkos

1 820

1164

917

1613

382

Dradère-Soueire

681

580

170

321

88

Total

4 411

960

1 775

3 204

814

Les eaux souterraines

Sur la partie haute de la zone, règnent des faciès imperméables ou peu perméables qui ne permettent pas la constitution de formations aquifères importantes. Cependant, dans le bas Loukkos et la bande côtière on trouve des aquifères très important, Les eaux souterraines y sont contenues dans un ensemble d'aquifères à nappes libres composés essentiellement de formations sableuses et gréseuses. Les principales nappes qui siègent dans ces formations sont la nappe de Rmel,  la nappe du Dradère–Souiere,   la nappe de Oulad Ogbane et la nappe alluviale de l'oued Loukkos.

 

· La nappe de Rmel s'étend sur une superficie de 240 km2 environ et est située dans le bassin du Bas Loukkos au sud de la ville de Larache. Elle est limitée par l'océan Atlantique à l'Ouest, l'oued Loukkos à l'Est et par les affleurements mio-pliocènes marneux au Sud. Elle est drainée par les oueds Sakh-Sokh, Smid El Ma et El Kihel. La puissance de cet aquifère est comprise entre 20 et 120 m. Les plus grandes épaisseurs sont observées au centre dans la cuvette de Rhamna (120 m).

L'alimentation de cette nappe qui est estimé à 62 Mm3/an est assurée principalement par l'infiltration des eaux pluviales et le retour des eaux  d'irrigation. L'écoulement se fait en général  du Sud-Ouest au Nord-Est vers la plaine du Loukkos et vers l'Océan. Cette direction se trouve modifiée le long des oueds et talus où la nappe est drainée en permanence et forment dans certains cas  des sources et des merjas.

 

La profondeur du niveau de l'eau varie dans l'ensemble entre 5 et 20 m.  et le volume global exploitable à partir de cette nappe s'élève à 34 Mm3/an.

 

· La  nappe Drader-Souiere s'étend sur une superficie de près de 600 Km2 entre les bassins de Sebou et du Loukkos. L'aquifère constitue le prolongement naturel vers le Sud de la nappe de Rmel. Les limites naturelles de la nappe de Dradère-Soueire sont : L'océan atlantique et la merja Zerka à l'Ouest, la ligne de partage des eaux avec la nappe de Rmel au Nord Ouest et les affleurements du substratum marneux au Nord-Est et au Sud de la nappe.

 

Les évolutions pièzométriques permettent de distinguer plusieurs secteurs :

  • Secteur Dradère avec une tendance à la baisse des niveaux due à une concentration des pompages pour l'irrigation.
  • Secteur Soueire avec une tendance à la remontée des niveaux pièzométriques due à une irrigation privilégiant des eaux superficielles.
  • Le reste du bassin pour lequel les niveaux sont quasi- stables.
  • L'alimentation de la nappe est assurée particulièrement à partir de l'infiltration des eaux de pluie pour un volume  moyen de près de 76 Mm3/an.
  • L'exploitation actuelle est évaluée à 10 Mm3/an principalement pour l'irrigation du périmètre du Loukkos et pour l'alimentation en eau potable des centres situés dans cette zon

· La nappe de Oulad Ogbane est située au Sud de la ville de Ksar El Kébir, la nappe de Ouled Ogbane s'étend sur une longueur de 16 Km environ du nord-Ouest au Sud-Est avec une superficie de 58 Km2. Elle est limitée au Nord par la nappe du Rmel et à l'Est par la nappe alluvionnaire du Loukkos. Elle circule dans les alluvions plio-quaternaires constituées essentiellement de galets et de sables dont l'épaisseur varie entre 40 et 60 m environ.

L'écoulement de cette nappe se fait du Sud-Ouest vers le Nord-Est et se déverse dans la nappe alluviale de l'oued Loukkos. Cette nappe est drainée aussi par les cours d'eau qui la traversent à savoir oued Dahnoun et Khefacha.

L'alimentation de la nappe se fait principalement par l'infiltration des eaux pluviales estimées à près de 6 Mm3/an. Les sorties sont constituées principalement par les prélèvements pour l'AEP de la ville de Ksar El Kébir  à hauteur 1.4 Mm3/an et le drainage de la nappe par les oueds et la nappe alluvionnaire du Loukkos évaluée à près de 1.3 Mm3/an.

 

· La nappe alluviale de l'oued Loukkos circule dans les alluvions plio-quaternaires constituées essentiellement de galets et de sables. L'importance de l'épaisseur de ces alluvions, notamment au niveau de l'axe central de la nappe ou elle arrive à près de 40 m, et le débit d'alimentation de cette nappe due à l'infiltration des eaux de débordement des oueds et des apports d'eau souterraines à partir des nappes limitrophes estimés à environ 150 l/s soit 5 Mm3/an, laissent supposer des productivités suffisantes pour satisfaire les besoins en eau potable généralement faibles de la population rurale installée à proximité de cette vallée. 

 

A l'état actuel, cette nappe est exploitée principalement pour l'AEP de la ville de Ksar El Kébir.

 

QUALITE DES RESSOURCES EN EAU  

Les eaux superficielles

Le diagnostic de l'état de la qualité des ressources en eau,  permet de distinguer trois zones différentes:

 

· L'oued Loukkos en amont de la ville de Ksar El Kébir où les eaux  des oeuds  Dradere, Soueire, El Makhazine et Ouarour sont de bonne qualité ; 

· l'oued Loukkos entre Ksar El kébir et le barrage de garde où la qualité des eaux est dégradée à cause des rejets de la ville et des usines limitrophes qui déversent leurs eaux usées directement dans l'oued sans prétraitement,  notamment la sucrerie Sunabel ;

· La partie de l'oued Loukkos située entre le barrage de garde et l'embouchure en océan où la salinité est très élevée.

Les eaux souterraines

Les nappes de la zone sont généralement de bonne qualité et aptes à tout usage. Néanmoins, il est à signaler qu'en raison de l'utilisation intensive des engrais dans le périmètre du Loukkos, la teneur en nitrates par endroit dans la nappe de Rmel dépasse les normes de qualité admises et atteint parfois 50 mg/l.

MOBILISATION ET UTILISATION DES RESSOURCES EN EAU

L'effort de mobilisation

Les infrastructures de mobilisation des ressources en eau permettent actuellement d'exploiter un volume de l'ordre de 617 Mm3 dont près de 544 Mm3 d'eau de surface.

Les barrages

Ouvrage

Mise en

Retenue

(Mm3)

Volume régularisé (Mm3)

Oued El Makhazine

service

725

539

Barrage de Garde     

1979

-

-

Prise Dradere-Soueire 

1980

-

5.6

Les cours d'eau du bassin sont principalement régularisé par le grand barrage d'El Makhazine, le barrage de grade du Loukkos et la prise de Dradere-Soueire. Ces ouvrages permettent de régulariser près de 543,6 Mm3.

Les eaux souterraines

Deux nappes importantes se trouvent dans la bande côtière entre Larache et Moulay Bousselham. Il s'agit des nappes de Rmel et de Dradère-Soueire.

Les caractéristiques d'exploitation des principales des nappes de la zone sont présentées au tableau ci-après.

Nappe

 

Recharge moyenne

(Mm3/an)

Volume exploitable (Mm3/an)

Prélevement (Mm3/an)

Dradère-Soueire

76

30

10

Rmel

62

34

28

Nappe Alluviale

5

5

2

Ouled Ogbane

6

5

1.4

Total

149

74

41.4

L'utilisation de l'eau

L'eau potable

Pour les agglomérations urbaines, la desserte en eau potable est assurée comme suit :

 

· La ville de Larache est alimentée actuellement à partir des eaux souterraines de la nappe de Rmel à raison de 8 Mm3/an ;

 

· L'alimentation de la ville Ksar El Kébir qui était assurée jusqu'à l'an 2002 par les eaux souterraines des nappes de Rmel et Loukkos a été renforcée par une adduction à partir de la retenue du Barrage Oued El makhazine permettant d'assurer  un volume annuel de  7 Mm3;

 

· L'alimentation en eau potable du centre de Khmiss Sahel est assurée localement à partir des eaux souterraines (55.000 m3/an).

 

En milieu rural, le taux  global  d'accès à l'eau potable, qui était entre 8 et 16%, en 1990, a été porté à plus de 42% en 2002 .

L'irrigation

La superficie  équipée ou en cours d'équipement dans le périmètre irrigué du Loukkos  s'élève à  près de 32.400 ha dont  28.000 ha dans le périmètre du Loukkos et 4.400 ha pour  la PMH.

L'énergie hydoélectrique

La seule usine hydro-électrique de la zone est située au pied du barrage Oued El Makhazine. Cette usine est équipée d'un seul groupe de 36 MW destiné en priorité à turbiner en période de pointe. La production annuelle moyenne de l'usine est estimée à 60 GWh.

La protection contre les inondations

Le barrage Abdelkrim El Khattabi assure La protection contre les inondations de la basse vallée de l'oued  Nekor.



18/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres