MAROC VOYAGES TOURISME

Bassin Hydraulique du Guir-Bouanane

PRESENTATION

L'unité de Guir-Bouanane  correspond au bassin de l'oued Guir  avec son affluent, l'oued Bouanane. D'une superficie  de 13134 km2, cette unité est limitée au nord par le bassin de la Moulouya, au sud par la frontière Maroco-Algériene que l'oued Guir franchit avant d'alimenter le barrage Jorf Torba situé en territoire algérien. à l'Est par l'unité de Figuig et à l'Ouest par le bassin versant de l'Oued Ziz et la Hmada du Guir .

Le bassin du Guir-Bouanane chevauche sur les provinces d'Errachidia à l'ouest et de Figuig à l'Est.

Cette unité regroupe  une population de 75.507 habitants dont 72% en milieu rural et 28% dans les centres urbains ( Boudnib,  Gourrama, Beni Tadjit, Talsint, Bouanane). La densité moyenne de la population ne dépasse pas 6 hab/km2 avec une grande concentration au niveau des centres urbains et des petits périmètres irrigués.

Les principales activités économiques dans le bassin du Guir-Bouanane sont  par ordre d'importance :

  • L'élevage nomade dans les parcours situés dans le bassin ou dans les bassins limitrophes;
  • l'agriculture irriguée pratiquée dans les vallées des oueds Guir, Ait Aissa et Bouanane; la superficie cultivée dans le bassin du Guir de manière régulière reste faible et ne représente que 0.5 % de la superficie totale du bassin ;
  • L'activité minière revêt une certaine importance notamment dans la région de Beni Tadjit ou des mines de plomb sont exploitées par des coopératives d'artisans –mineurs.

La pluviométrie est irrégulière et fortement influencée par la succession des années de sécheresse. Les précipitations annuelles atteignent en moyenne près de 250 mm sur  les sommets  des  hauts bassins, 150 mm au niveau de Gourrama – Beni Tadjit et moins de 100 mm au niveau de Boudnib-Bouanane.

La température moyenne varie entre 18  et 20 °C , avec des extrêmes oscillant entre des gelées en hiver dans les bassins amont et des maxima en juillet atteignant 41°C dans la plaine de Boudnib-Bouanane.

Le régime de l'évaporation est analogue à celui observé sur la retenue du barrage Hassan Addakhil sur l'oued Ziz dont la moyenne observée est de l'ordre de 2.400 mm/an.

RESSOURCES EN EAU

Les eaux de surface

L'apport total du bassin est évalué à 211 Mm3/an, dont 58,3 Mm3 sont apportés par l'oued Guir, 130.3 Mm3 par le sous bassin de Aït Aïssa- Bouanane et 22,4 Mm3 par  sous bassin aval-Oued Zelmou. Le potentiel  global  régularisable  est d'environ 100  Mm3.

Les observations mensuelles des cours d'eau sur une série de 38 années donnent, au niveau des  stations hydrologiques de base, les volumes d'apport présentés au tableau.

Oued

Superficie (km 2 )

Apports (Mm 3 /an)

Oued Guir (à Tazzouguert )

2.370

45

Oued Bouanane (à Beni Yatti)

7.070

110

Les eaux souterraines

Le bassin hydrogéologique de l'unité Guir-Bouanane est constitué principalement par deux grands domaines : les Hauts-Bassins des oueds Guir et Bouanane   et le Bassin Crétacé Errachidia Boudnib.

v Hauts bassins Guir - Bouanane

Les formations plissées du Jurassique constituent la partie la plus importante des affleurements dans le massif du Haut-Atlas. Ces calcaires karstifiés jouent un rôle régulateur qui se traduit par des débits d'étiage soutenus qui sont dérivés pour les irrigations. On peut distinguer deux grands ensembles aquifères séparés par le niveau imperméable du Toarcien-Aalénien :

- Les réseaux fissurés du Lias inférieur forment un système relativement continu et hautement productif.

- Les réseaux en nappes de la série Aalénien-Dogger sont fragmentés en bassins séparés dans chaque cuvette synclinale.

L'alimentation  du haut-bassin du Guir est estimée à 1000 jusqu'à 2500 l/s en moyenne et celle du Haut-bassin de Aït Aïssa dépasse les 2500 l/s. Soit une alimentation totale de 100 Mm3/an.

A ces deux  grands aquifères se superposent des systèmes de nappes phréatiques du Quaternaires et des sous-écoulements qui occupent les fonds de vallées transversales et les dépressions longitudinales. Ces aquifères sont alimentés par drainage des réseaux karstiques et par infiltration des eaux de surface. Les sous-écoulements de l'Oued Guir sont estimés à      500 l/s (16 Mm3/an)

v Hauts bassins Guir - Bouanane

Le principal aquifère est constitué par les formations du Sénonien dont l'épaisseur peut atteindre 1000 mètres . Il est alimenté principalement à partir des aquifères profonds des hauts bassins à travers les calcaires du Turonien su jacents et dont les productivités sont plutôt faibles en aval de Tazouguert.

Cet aquifère est en contact direct avec les nappes phréatiques des palmeraies de Boudnib et contribue de manière importante à leur alimentation. Le débit moyen des Khettaras drainant les nappes phréatiques est estimé à 260 l/s (8 Mm3/an), et l'alimentation serait du même ordre en regard des fluctuations piézomètriques  qui ont un caractère répétitif constant.

Les eaux souterraines sont utilisées pour l'irrigation principalement au niveau des palmeraies de Boudnib-Sehli. Les sorties de la nappe par prélèvement direct par le palmier et par les puits et les forages sont de l'ordre de 1700 l/s (50 Mm3/an).

Au total, le potentiel global mobilisable par des moyens techniques et financiers acceptables dans les conditions économiques actuelles et jusqu'à 2020 est estimé à 100 Mm3/an.

QUALITE DES RESSOURCES EN EAU

Les eaux de surface et les eaux souterraine sont de qualité bonne à moyenne dans les hauts-bassin. Pour les eaux souterraines, il est constaté la présence de fer par endroit à Bouanane et Guir avec un résidu sec plus ou moins élevé.

MOBILISATION ET UTILISATION
DES RESSOURCES EN EAU

L'effort de mobilisation

v Les eaux de surface

Les ressources en eau de surface  mobilisées  totalisent 70 Mm3/an, principalement par des petits barrages de stockage, des barrages de dérivation et  des seuils traditionnels réalisés sur les cours d'eau pour capter une part des eaux pérennes.

Le tableau ci-après présente les types d'ouvrages utilisés pour l'exploitation des eaux de surface au niveau des différentes unités du bassin.

Ouvrage en cours de construction

Unité

Ouvrage de mobilisation

Caractéristiques

Haut Guir  

Barrage Boutaaricht

- Captage direct de 2  sources

- 18 m de haut, 0.7 Mm 3 de capacité

Bas-Guir  

- Barrage Douiss

- 2 Barrages de dérivation

- 21 m de haut, 0.94 Mm 3 de capacité

- Non exploités

Haut Aït Aissa  

- Seuils de dérivation traditionnels

Moyen Ait Aissa  

- Seuils de dérivation traditionnels

- Barrage de dérivation Bni-Tadjit

- Barrage de dérivation Aît Sbaa *

- Volume dérivé : 2 Mm 3 /an

- Capacité de dérivation : 2.5 m 3 /s

Bas Ait Aissa  

- Seuils de dérivation

- Volume dérivé : 1.5 Mm 3 /an

Oued Kheng Grou   

- Barrage Hammou Ourzag

- Seuils de dérivation

- khettaras

- 14 m de haut, 1.6 Mm 3 de capacité

 -

 -

Oued Zelmou

- Captage direct de sources

- Seuils de dérivation traditionnels

- Barrage de dérivation

- Barrage Douiss*

-

-

- Volume dérivé : 1.7 Mm 3 /an

- 23 m de haut, 2.3 Mm 3 de capacité

v   Les eaux souterraines

Les ressources mobilisées dans le bassin du Guir-Bouanane sont de l'ordre de 30 Mm3 dont 12 Mm3/an par des khettaras, puits et drains et 22 Mm3  par des forages. 

Unité

Ouvrages de mobilisation

Volume mobilisé

Haut Guir-Haut Ait Aissa

Forages

4 Mm 3 /an

Moyen Guir-Moyen Ait Aissa

Forages
Khettaras

1,7 Mm 3 /an
3,3 Mm 3 /an

Bas Guir-Bas Ait Aissa –Zelmou

Khettaras, puits
Forages

4,7 Mm 3 /an
16,3 Mm 3 /an

L'utilisation de l'eau

La superficie totale irriguée dans le bassin est de 6.500 ha . Le système de mise en valeur agricole dans ces périmètres est en général basé sur les céréales, la luzerne, le mais et l'arboriculture fruitière (palmier-dattier et l'olivier). Les ressources utilisées pour l'irrigation s'élèvent à un volume annuel de l'ordre de 85 Mm3 dont 59 Mm3 proviennent des eaux de surface et 26 Mm3 à partir des prélèvements d'eau souterraine (forages, puits, khettaras, drains).

En ce qui concerne l'eau potable, le  volume équipé pour assurer l'alimentation des 5 centres urbains est de 152 l/s (5,75 Mm3/an) entièrement mobilisées par des forages.  Pour le monde rural, le taux d'accès à l'eau potable avoisine 64 % et les ressources mobilisées à cette fin sont de l'ordre de 0.96 Mm3/an.



18/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres