MAROC VOYAGES TOURISME

Bassins Hydrauliques du Ksob-Iguezoulane

PRESENTATION

La zone de Ksob- Iguezoulane (côtiers atlantiques d'Essaouira) est composée des bassins côtiers atlantiques du Ksob et de l'Iguezoulane et s'étend sur superficie de l'ordre de 5 000 Km2.

Selon le recensement de 1994, la population de la province d'Essaouira était de 433.550 habitants. Cette population était répartie entre 75.350 habitants (17% ) en milieu urbain et 358.200 habitants en milieu rural. Sur la base des projections du Ministère du Plan cette population serait actuellement de 476 700 habitants dont  100 000 urbains (21% )et 376.700 ruraux (79% ).

L'activité économique est essentiellement basée sur l'agriculture traditionnelle, l'élevage , le tourisme et l'artisanat. Le bassin comporte également un port à Essaouira où une activité de pêche se développe.

Le régime pluviométrique est caractérisé par la succession de deux périodes : sèche et humide. La première s'étend de Mai à Septembre, et la seconde du mois d'Octobre au mois d'Avril au cours de laquelle a lieu plus de 90% des précipitations. La moyenne annuelle des précipitations est de 350 mm/an.

Les températures moyennes mensuelles varient entre 17°C et 20°C. Les mois les plus chauds sont généralement Juillet et Août  (19°C à 24°C). Le mois le plus froid est Janvier (13°C à 14°C).

L'évaporation moyenne annuelle est de l'ordre de 1540 mm, variant très peu d'année en année.

Les mesures de turbidité au niveau des stations hydrologiques ont permis de définir l'importance du phénomène de l'érosion dans le bassin du Ksob. Ainsi la dégradation spécifique est évaluée à près de 1000 tonnes/Km2/an .

RESSOURCES EN EAU

Les eaux de surface

Les oueds les plus importants sont le Ksob et l'Iguezoulane. Ils prennent naissance dans le Haut Atlas et drainent des superficies respectives de l'ordre de 1.346 et 383 Km² . Les apports en eau sont irrégulières et inégalement réparties. Les montagnes constituent un château d'eau des écoulements de surface. Les apports moyens annuels sont évalués à près de 53 Mm3.

Bassin

Ksob

Iguezoulane

Superficie du bassin (Km 2 )

1.346

383

Apports en eau

• Minimum (Mm 3 )

• Maximum (Mm 3 )

• Moyenne (Mm 3 )

2,0

118,5

38,5

2,5

40,0

14,5

Les eaux souterraines

Les réservoirs dans lesquels s'accumulent ou transitent les eaux pluviales infiltrées sont d'extension inégale. Les plus importants sont ceux de la band côtière et du plateau de Meskala-Kourimate .Les termes des bilans hydrauliques en Mm3/an de ces nappes sont récapitulés ci-après .

 

Bilan hydraulique des nappes (en millions de m3)

   Entrée / Sorties

Bande côtière

Meskala-Kourimate 

Total

•Infiltration direct

•Apports d'oueds

•Retour des eaux d'irrigation

•Abouchements latéraux

Total entrées

5,0

9,5

-

14 ,0

28,5

36,0

-

-

-

36,0

41,0

9,5

-

14 ,0

64,5

•Sources et Khettaras

•Drainage oueds

•Prélèvements AEPI

•Prélèvements  irrigation

•Sorties latérales

Total sorties

2,0

1,5

3,5

2,0

21,0

30,0

5,0

9,5

1,5

1,0

19,0

36,0

7,0

11,0

5,0

3,0

40,0

66,0

  QUALITE DES RESSOURCES EN EAU   

L'appréciation de la qualité des eaux de surface faite sur la base des paramètres mesurés dans le cadre de suivi de la qualité des eaux fait ressortir que les eaux des oueds côtiers atlantiques ( Ksob et Iguezoulane ) sont globalement de bonne qualité.

Concernant les eaux souterraines, la plupart des nappes du bassin présentent une eau de qualité moyenne à bonne : 

  • Les nappes présentant une eau de bonne qualité, apte à tous les usages sans contrainte majeure  sont celles du plateau de Meskala-Akermoud ; 
  • La nappe du synclinal d'Essaouira présente une qualité moyenne à mauvaise. 

    MOBILISATION ET UTILISATION
    DES RESSOURCES EN EAU

    L'effort de mobilisation

    Excepté le barrage d'Iguezoulane, en cours de construction, aucun aménagement de régularisation d'eau de surface n'est réalisé auparavant dans le bassin

    L'exploitation des ressources en eau du bassin est essentiellement assurée actuellement à partir de la nappe d'Essaouira-Kourimat. Près de 15 Mm3 en sont prélevés  annuellement dont 10 Mm3 pour l'irrigation et 5 Mm3 pour l'alimentation en eau potable.

    L'utilisation de l'eau

    L'eau potable

    Les prélèvements actuels pour l'alimentation en eau potable et industrielle des agglomérations du bassin sont évalués à près de 5 Mm3/an, provenant  exclusivement des nappes d'eau souterraines.

    L'alimentation en eau potable de la ville d'Essaouira est assuré à partir de la nappe d'Essaouira-Kourima. Les prélèvements opérés actuellement sont évalués à près de 3 Mm3/an.

    Depuis le démarrage du PAGER en 1995, le taux d'accès à l'eau potable en milieu rural ne cesse de s'améliorer. Les prélèvements pour l'approvisionnement des populations rurales est assuré exclusivement à partir des eaux souterraines. Le volume prélevé s'élève actuellement à près de 2 Mm3/an.

     L'irrigation

    La superficie irriguée dans le bassin s'élève à près de 1.584 ha, totalement en petite et moyenne hydraulique. Le volume d'eau utilisé pour l'irrigation est  évalué à 10 Mm3/an dont 3 Mm3/an sont assurés par des pompages et  7 Mm3  à partir des eaux de sources.  



    18/10/2007
    0 Poster un commentaire

    A découvrir aussi


    Inscrivez-vous au blog

    Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

    Rejoignez les 39 autres membres