MAROC VOYAGES TOURISME

Le Moshaf au Maroc: Aperçu Historique

Google
 

Le Moshaf au Maroc: Aperçu Historique

En l'an 62 de l'hégire, les premiers musulmans de l'Orient, dont une partie était composée de certains Compagnons du Prophète, de leurs successeurs et de récitateurs, arrivèrent au Maroc. Ils portaient avec eux leurs moshafs qui étaient en majorité copiés sur le moshaf d''Othmane Ibn 'Affane. C'est ainsi que les Marocains connaîtront le moshaf (le Coran).

Le mot moshaf en arabe signifie les feuillets réunis. Après la mort du Prophète, le calife Abou Bakr (13 /573) décida, sur le conseil renouvelé d'Omar Ibn Al Khattab (décédé en 23 A.H) de réunir les éléments dispersés du Coran. 'Othmane Ibn 'Affane (troisième calife, décédé en 35 A.H) en fit rédiger sept fac-similés qu'il envoya aux quatre coins du monde islamique, par établir une seule Vulqate coranique. Une de ces copies parvint au département du Sham, correspondant à la Syrie, au Liban et à la Palestine actuels.

1- Le Moshaf Othmani au Maroc :

C'est le prince Abderrahmane Addakhil (731-788) qui amènera cette copie en Andalousie. Certains historiens, comme Al Idrissi (493/1100 – 560/1165), rapportent que cette copie n'était pas celle envoyée au département du Cham, mais un fac-similé du moshaf d'Othmane auquel était ajoutées quatre feuilles du moshaf personnel d'Othmane avec des traces de son sang.

Les Andalous avaient une grande estime pour ce moshaf, qui a été conservé des siècles durant à la mosquée de Cordoue. En 552 A.H/ 1158, et comme l'Andalousie était en proie à de multiples attaques, le calife Abdel Moumen al Goumi l'amena en son palais à Marrakech, par crainte qu'il ne se perde, une initiative longuement louée par les poètes.

Ce moshaf, si lourd qu'il fallait deux hommes pour le porter, fut chaleureusement accueilli par les Marocains. Le Sultan Abdel Moumen ordonna qu'il soit couvert de plaques d'or enchâssées d'émeraudes et de rubis: les sculpteurs, les décorateurs, les tapissiers et les artistes peintres en ont rehaussait la réalisation d'une couverture en soie (pour le moshaf), ainsi que d'un coffret, d'une chaire et d'un palanquin serti de plaques d'or et de pierres précieuses.

Les califes qui ont succédé à Abdel Moumen ont accordé la même importance à ce moshaf. Ils le lisaient dans les nuits de Ramadan, et l'emportaient avec eux lors de leurs voyages. Il devançait le cortège royal, porté dans une litière sur le dos d'une chamelle embellie d'or et de rubis.

Les Almohades perdront ce moshaf après la mort du sultan Ali Al mo'taðið ben Idris al Mamoun près de Tlemcen en Algérie en 646 de l'hégire. Les bédouins pillèrent le campement royal et vendirent le moshaf au souk de la ville. Des années plus tard, le sultan mérinide Abou Al Hassan put le récupérer après la conquête de l'Algérie en 738 de l'hégire. Les Mérinides le perdirent une deuxième fois après la bataille de Tarif en 741 où ils furent vaincus par les Portugais. Mais le sultan Abou Al Hassan le racheta et le ramena au Maroc en 745, dénué de tous ses embellissements. Il resta dans les bibliothèques mérinides jusqu'à la fin du huitième siècle, et il fut perdu à jamais.

2 - Le Moshaf Okbani :

Le moshaf Okbani est un des plus anciens moshafs du Maroc. Il appartenait au compagnon du prophète Okba Ibn Nafi'a (décédé en 64 A.H) qui fut parmi les premiers musulmans venus au Maroc. Fac-similé du moshaf ottoman, ce moshaf apparut sous le règne des Saadiens et resta dans leurs bibliothèques. Sous le règne des Alaouites, rapporte l'historien Abou Al Kassem Azzayyani, il fut offert en 1155 de l'hégire par le sultan Moulay Abdellah Ben Ismail, avec 23 autres moshafs de grande taille et de taille moyenne tous embellis de plaques d'or et de pierres précieuses, à la bibliothèque de la mosquée du Prophète à Médine.

3 – les dynastes marocains et le moshaf :

Les califes marocains ont accordé une grande importance au moshaf. Les historiens rapportent que certains d'entre eux ont écrit de leurs propres mains des copies du Coran. Ce fut le cas par exemple d'Omar al Mortada, un des derniers califes almohades, Abou Saïd le mérinide qui a recopié le Saint Livre sur peau de dain, Abou El Hassan le mérinide qui a offert sa copie à la mosquée d'Al Qods, Abou El 'Abbasse Ahmed el wattassi, le quatrième sultan outasside, la princesse Mariam, fille du sultan Mohammed Acheikh Assa'di, Abou Mohammed Abdellah Al Ghalib le Sa'dien…

4 – les corans lithographiés :

Le premier moshaf lithographié a été réalisé en 1296 A.H /1879 A.D à Fès, par l'imprimerie de Hadj Tayyeb ben Mohammed Al Azrak. Il a été écrit suivant la méthode d'écriture marocaine avec des signes diacritiques. La fin des versets a été faite selon Abou Abdellah Mohammed Al Habti (décédé en 930 A.H). il contient 251 pages et est recouvert  de cuir rouge.



03/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres