MAROC VOYAGES TOURISME

Historique Du Coran

Google
 

Historique Du Coran

La révélation du Coran peut être daté aux environs de l'année 610 et probablement en 612. Le Prophète Mohammed, alors âgé de 40 ans, avait l'habitude de s'isoler dans une caverne sur le Mont Hira pour méditer. Une nuit de la dernière décade du mois de Ramadan, il reçut la visite de l'archange Gabriel qui lui révéla le premier verset du Coran «iqraa » (lis ou prêche), marquant ainsi le début de la prophétie.

La révélation du Coran ne reprendra que deux ou trois ans plus tard, et s'étendra sur vingt trois ans : treize à la Mecque et dix à Médine. Les versets se succèdent selon les circonstances auxquelles est confronté le Prophète dans sa vie quotidienne. Ainsi, les versets se révèlent pour apporter des éclaircissements sur telle ou telle situation, une réponse à telle ou telle question, pour légiférer, et pour réconforter le Prophète en narrant les récits des autres prophètes et ce qu'ils ont enduré.

Le Coran est un ensemble de 114 surates de deux catégories : les mecquoises et les médinoises. La différence entre les deux se manifeste sur trois niveaux : celui de l'époque où quand la surate est révélée: avant la migration à Médine pour les mecquoises, et après la migration pour les médinoises; celui du lieu où la surate est révélée, à savoir la Mecque et ses alentours (Arafat, Mina, Houdaibiya) ou Médine. Et enfin au niveau du contenu et de certaines spécificités : les médinoises traitent entre autres des cultes, des prescriptions réglementant les relations sociales, le statut de la famille, les lois de l'héritage, etc. Les mecquoises comportent les récits des prophètes, traitent de l'unicité de Dieu, de la vie dans l'au-delà, et avancent les preuves logiques pour convaincre les polythéistes, etc.

Au début les Compagnons du Prophète apprenaient les versets du Coran par cœur et les récitaient lors des prières rituelles, les prières surérogatoires et les prières de pause (Tarawih). Le prophète avait l'habitude de réciter le Coran avec l'ange Gabriel une fois par an au mois de Ramadan. Cette récitation se fera deux fois l'année où il mourra.

Les Compagnons lettrés transcrivaient les versets du Coran dictés par le Prophète, faute de papier, sur les morceaux de parchemin, le cuir tanné, les tablettes de bois, les omoplates de chameaux, les morceaux de poterie, les nervures médianes des dattiers, etc. Le Prophète indiquait aux scribes l'emplacement des versets au sein des surates, et l'emplacement des surates au sein du Livre, et incitait à l'apprentissage par cœur de ces même versets. Ainsi, par le double contrôle oral et écrit, le Prophète s'assurait de la conservation de l'intégrité du Coran. Les mémoires faillibles pouvaient s'appuyer sur le texte écrit malgré l'absence de signes diacritiques distinguant certaines consonnes, et les erreurs de copie étaient corrigées grâce à la mémorisation du texte.

Après la mort du Prophète, une grande partie des compagnons connaissant le Coran par cœur trouva la mort lors de la bataille de Yamama engagée par le calife Abou Bakr contre ceux qui refusaient de payer la zakat. Omar Ibn Al Khattab proposa alors de réunir le Coran dans son ensemble. Abou Bakr y consentit après de nombreux refus et Zayd ibn Thabit, le meilleur secrétaire du Prophète, se chargea d'accomplir cette tâche. Scrupuleux, Abou Bakr ordonna que toutes les précautions fussent prises .De ce fait, les habitants de Médine apportèrent les fragments qu'ils détenaient et Zayd réunit les versets coraniques recueillis de la bouche d'au moins deux récitateurs connus pour leur probité intellectuelle et leur piété. Une fois achevée, cette transcription appelée «moshaf » (feuillets réunis) fut conservée par le calife Abou Bakr et, par la suite, par Omar Ibn Al Khattab.

Par crainte d'altération du texte coranique dont l'enseignement était encouragé, Omar Ibn Al Khattab décida alors d'établir des copies du moshaf mais il mourut avant. C'est ainsi qu'Othmane Ibn Affane, le troisième califat, s'en chargea. Une commission présidée par le même Zayd Ibn Thabit rédigea sept fac-similés et procéda publiquement à leur lecture devant les savants du Coran de Médine. Othmane décida alors de les envoyer aux quatre coins de l'empire musulman et ordonna que toutes les copies non conformes soient détruites.

Deux copies du Moshaf d'Othmane existent jusqu'à nos jours. L'une complète, elle est conservée au musée Topkapi d'Istanbul, l'autre, où manque quelques feuillets, se trouve à Tachkent. Reste à noter que l'orthographe des dites copies diffère de celle connue de nos jours. En effet, à l'époque de la révélation du Coran, la grande majorité de la culture arabe se transmettait oralement. Les seuls documents écrits étaient les chefs-d'œuvre poétiques appelés «mu'allaqates » qu'on accrochait sur le mur de la Ka'ba. La transcription de certaines lettres, à savoir le «b », le «t », le «th », le «j », le «n » et le «y » se faisait sans signes diacritiques (les points sur ou sous la lettre). Ces lettres étaient reconnues selon leur emplacement dans le mot et selon le contexte. Pour faciliter la tache aux non arabophones et écarter toute ambiguïté susceptible d'altérer le sens des versets, les signes diacritiques seront ajoutés aux dites lettres ultérieurement.



03/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres