MAROC VOYAGES TOURISME

Bassins Hydrauliques Côtiers Atlantiques

PRESENTATION

Les bassins côtiers situés entre  les villes de Rabat et Azemmour, couvrent une superficie de  l'ordre de 10.470 km2. Ils s étendent à la plaine de la Chaouia, aux bassins versant des oueds EL Maleh, Nfifikh et des oueds  issus du plateau des phosphates. Ces bassins  sont limités par le bassin versant de l'oued l'Oum Er Rbia, le plateau des phosphates, le bassin du bouregreg et l'océan atlantique. 

Sur le plan administratif, les bassins côtiers s'étendent  sur la totalité de la Wilaya de Casablanca, la moitié nord de la province de Settat, la partie Sud-Ouest de la Wilaya de Rabat-Salé et la partie Nord de la province de Khouribga.

Ces régions regroupent une population évaluée selon le recensement de 1994 à 4.638.000 habitants, dont 1.110.000 sont des ruraux. Le caractère urbain de la population est nettement marqué, avec un taux d'urbanisation de 67%.  

D'une altitude moyenne de 330 m , les bassins côtiers sont caractérisés, par un climat  semi-aride à aride dans la plaine de la Chaouia, humide et tempéré à proximité de l'océan.

Les précipitations moyennes annuelles décroissent de 430 mm à Casablanca jusqu à 375 mm à Settat. Les températures varient entre  20°C  au bord de la mer et  30°C  dans la plaine de la Chaouia.

L'activité économique  au niveau des bassins côtiers, se caractérise par sa diversité. Elle va de l'agriculture au marché boursier en passant l'industrie, le tourisme, la pêche, l'exploitation des phosphates, l'artisanat, le commerce l'alimentaire et récemment les services qui prennent de plus en plus de  l'importance.

Les performances de ces secteurs, font de la région des bassins côtiers, la plaque tournante du commerce et des marchés financiers à l'échelle du Maroc.

RESSOURCES EN EAU

Les eaux de surface

Le réseau hydrographique des bassins côtiers est composé d'une part, des oueds issus de la Meseta Centrale, qui sont du Nord au Sud, Ikem, Cherrat, N'Fifikh et El Mellah et, d'autre part, des oueds drainant le plateau des phosphates, dont les principaux sont El Himmer, Mazer  Tamdrost  et Boumoussa, en plus de l'oued Bousakoura qui prend sa  naissance à l'intérieur de  la plaine de Berrechid.

Au total, 12 stations hydrologiques dont une automatique  et huit  autres équipées de postes d'annonce de crues, permettent de contrôler les écoulements de surface, générés au niveau des bassins côtiers Atlantiques.

Le régime des oueds est caractérisé par des tarissements fréquents et des crues rapides et violentes à la suite de pluies intenses et localisées.  Les écoulements sont globalement  produits à hauteur de 65 à 90 % pendant la période allant de Décembre à Mars. Le potentiel en eau généré s'évalue à 135 Mm3 par an.

Station

Oued

Bassin

Km 2

Ecoulemen t

m 3 /s

Mm 3 /an

EL Mers

S.A. Ben Ali

Tamdrost

Cheikh Rguig

Skhirat

Fedane Taba

El Malleh

El Hemeur

Mazere 

Tamdrost

Iquem 

Cherrat

 Nfifikh

El Malleh

185

175

565

417

656

606 

1800

0.09

0.09

 0.28

0.64

 0.79

 0.78

1.42

3

3

9

20

25

25

45

 

Les eaux souterraines

Sur une grande partie de leur  étendue,  les bassins  côtiers atlantiques  s'étendent sur des terrains primaires, caractérisés par un contexte hydrogéologique défavorable à la présence de  nappes d'eau souterraines potentielles. Les formations géologiques reconnues comme aquifères  correspondent aux bassins sédimentaires  de la Chaouia Côtière,  de Berrechid  et de Témara, exploités pour le développement  des cultures maraîchères.

v  La nappe de Berrechid : Située au Sud de la ville de Casablanca, la nappe de Berrechid, se distingue des autres nappes de la région, par l'importance de son étendue qui avoisine 1500km2. Elle s'insère dans le quadrilatère formé par les ville de Settat, d'El Gara, de Mediouana et le centre de Bousakoura. Cette nappe se développe dans des formations gréseuses d'age plio–quaternaire, sous une couverte limoneuse d'épaisseur moyenne de 20m.

v  Nappe de la Chaouia Côtière  : La nappe de la Chaouia Côtière constitue une continuité naturelle de la nappe de Berrechid vers le Nord. Elle s'étend sur une surface de 1200 Km², correspondant à la bande littorale, large de 20km en moyenne et comprise entre les villes de Casablanca et Azemmour.

v Nappe de Témara : La nappe de Témara qui couvre une superficie de 350 Km², est limitée au Nord- Est et à l'Est par l'oued Bouregreg et son affluent  Akreuch, au Sud et Sud-Ouest par l'oued Ikem et Nord-Ouest par l'océan Atlantique. Sur la plan hydrogéologique, la nappe de Témara se présente sous forme d'un bi-couche. Le premier développé dans les sables consolidés, les grès, les calcarénites et les alluvions du plioquaternaire reposant sur   les marnes grises du pliocène inférieur, le deuxième d'un rôle secondaire est renfermé quant à lui es dans la frange altérée des schistes primaires. .

QUALITE DES RESSOURCES EN EAU   

A l'image du bassin du Bouregreg, la qualité des eaux de surface des oueds côtiers est acceptable. Par contre, celle des eaux souterraines est très mauvaise, suite à la forte minéralisation constatée dans 86% des puits contrôlés et à une augmentation excessive des teneurs en nitrates qui dépassent  par endroit la valeur admissible de 50 mg/l.

La pollution liée à l'activité industrielle et aux rejets des eaux usées effectués dans le milieu récepteur sans traitement,  ont également  un impact négatif sur la qualité  des eaux souterraines,  souvent non  apte pour tout usage.

MOBILISATION ET UTILISATION
DES RESSOURCES EN EAU

L'effort de mobilisation

v Les barrages

Construit sur  l'oued El Malleh en 1931 puis surélevé  à deux reprises en 1932 et 1943, le barrage El Mellah constitue le principal aménagement hydraulique réalisé au niveau des bassins côtiers Atlantiques.  D'une capacité initiale  de     18 Mm3, ce barrage se trouve  actuellement presque envasé et ne compte qu'une réserve utile de 5.3 Mm3.  

En plus du barrage El Maleh, 17 barrage et lacs collinaires ont été réalisé au niveau des provinces de Settat, de Khémisset et de Khouribga dans l'objectif de promouvoir  le secteur de l'eau en milieu rural.

Barrages existants

Wilaya /
Province

Barrages

Année

Retenue
(Mm 3 )

But

Settat

Kwacem 1
Kwacem 1
Bou Moussa
Mzamza
Laalaloua
Sidi Hammou
Ouled Ali

1984
1985
1986
1987
1989
1990
1990

0,40
3.00
0.02
0.10
1.80
0.03
0.03

AC
AC
PL
PL
I, AC
AC
AC

Benslimane

Gazelle 1
Gazelle 2
Gazelle 3
Nkheila

1986
1990
1995
1990

0.040
0.08
0.05
0.07

I
I
I
AC

Témara

Rwidate
Koraima
Ain Aouda
Tlalssa
Arjate Sghir

1987
1987
1988

2.92
1.31
0.18
0.05
0.09

I
I, AC
I, AC
AC
AC

Khouribg

Zamrine

1950

0.06

I, AC

 

Utilisation de l'eau

Les ressources en eau exploitées au niveau des bassins côtiers atlantiques totalisent 150 Mm3/an principalement utilisées pour l'irrigation et l'alimentation en eau potable des populations rurales.

Utilisation

Eau  desurface

Eau souterraine

Total

•  Irrigation

3

132

135

•  AEPI

-

15

15

Total

3

147

150



18/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres