MAROC VOYAGES TOURISME

VOIR AUSSSI LES ALAOUITES (1636 à nos jours)

LES ALAOUITES (1636 à nos jours)

 

La dynastie alaouite qui règne aujourd'hui encore sur le Maroc en la personne du roi Mohammed VI est originaire de Yanbo en Arabie. Elle a pour ancêtre Hassan al-Dakhil, descendant du Prophète, arrivé au Tafilalet au début du XIIIe siècle sous le règne du second sultan mérinide, Abou Yacoub Youssef (1286-1307). La famille chérifienne jouit aussitôt de la considération attachée à l'illustre ascendance. Le Tafilalet devient alors le fief des Alaouites. L'incapacité des Saadiens à venir à bout de l'anarchie totale dans laquelle le Maroc est plongé va provoquer les premières réactions alaouites.

Moulay Chérif (1631-1636) et Moulay Mohammed (1636-1664)

C'est à l'âge de cinquante-deux ans, en 1631, que Moulay Chérif se voit confier par les habitants du Tafilalet le destin de la région menacée par l'expansion de la zaouia de Dila. Chef du Tafilalet, Moulay Chérif fut le premier chérif à se dresser contre les derniers souverains saadiens.

Cinq ans après sa désignation, il abdique et un de ses fils, Moulay Mohammed est choisi par les Filaliens pour lui succéder. Commençant par asseoir son pouvoir au Tafilalet même en éliminant ses rivaux, il réussit ensuite à étendre le fief filalien vers la Moulouya et la vallée du Draa et se fait proclamer sultan. Il semblerait que ce soit Moulay Mohammed qui posa les fondations de la future puissance alaouite. Son frère, Moulay Rachid, achèvera son œuvre.

Le règne de Moulay Rachid (1664-1672)

Frère cadet de Moulay Mohammed, Moulay Rachid est le véritable fondateur de la dynastie alaouite. En moins de dix ans, de 1664 à 1672, Moulay Rachid réussira à imposer son autorité sur tout le Maroc, commençant par le contrôle de toute la voie caravanière de Sijilmassa jusqu'à la basse vallée de la Moulouya. Cet axe était stratégiquement et économiquement important puisque d'une part il permettait de relier la Méditerranée aux confins sahariens et d'autre part les profits de l'itinéraire marocain du commerce transsaharien allaient permettre à Moulay Rachid de financer ses campagnes militaires et d'armer ses troupes.

En 1668, il entreprit l'élimination de la puissante zaouia de Dila. Le cœur même de la confrérie, l'agglomération de Dila, fut prise puis rasée. L'année suivante, la ville de Marrakech fut conquise et en 1670, ce fut au tour de la zaouia d'Iligh. Grâce à ses conquêtes, Moulay Rachid était parvenu à mettre fin à une longue période d'anarchie. Politiquement, l'Etat marocain était reconstitué.

L'effort politique ne détourna cependant pas ce premier grand monarque alaouite de l'œuvre civilisatrice. C'est ainsi qu'en homme de lettres et en politicien avisé, il fonda à Fès une des plus grandes medersas de tout l'Occident islamique, la medersa d'al-Cherratin. Dès 1672, il porta un intérêt particulier à la ville de Fès qui connut la paix sous son règne. Il fait ériger la Qasba (forteresse) des Cherada au nord de Fès Jdid, la medersa al-Cherratin (des Cordiers) et un grand pont sur le Sebou.

Mourant accidentellement à la suite d'une chute de cheval à l'âge de quarante-deux ans, Moulay Rachid n'eut pas le temps de consolider davantage son œuvre. Il laissa à son successeur et frère cadet, Moulay Ismail, un état reconstitué mais loin d'être totalement pacifié.

Le règne de Moulay Ismail (1672-1727)

Demi-frère de Moulay Mohammed et de Moulay Rachid et jouissant de la confiance de ce dernier, Moulay Ismail avait reçu le commandement du Nord du Maroc pendant que Moulay Rachid combattait dans le sud. Il fut proclamé sultan alors qu'il résidait à Meknès, ville dont il était le gouverneur. Moulay Ismail connut un début de règne très difficile. Il lui fallut plus de vingt ans pour pacifier le Maroc, triompher de l'anarchie tribale, des particularismes et affaiblir la puissance menaçante des confréries religieuses. Au terme de ces vingt années, il avait réussi à refaire l'unité politique du Maroc. Il établit même son autorité en Mauritanie et au Touat. Durant son long règne, Moulay Ismail allait faire figure de monarque puissant.

En plus de ces campagnes intérieures, Moulay Ismail entreprit également la Guerre Sainte, le jihad contre la présence chrétienne au Maroc. En dix ans, toutes les bases portugaises ou les places fortes anglaises furent arrachées par la force : Mehdiya en 1681 ; Tanger en 1684 ; Larache en 1689 et Arzila en 1691. La seule exception fut Mazagan qui demeura portugaise jusqu'en 1769. Face au danger ottoman, Moulay Ismail réussit à mettre la frontière orientale du Maroc à l'abri derrière des fortifications et des kasbahs défensives constituant un dispositif militaire centré sur Taza.

Une des réussites de ce grand monarque fut l'ingénieuse réorganisation de l'armée marocaine afin d'en faire un redoutable outil de guerre. Cette armée était composée de trois éléments : les contingents noirs ou abid al-Bokhari, le guich et les renégats. En effet, Moulay Ismail crée une armée permanente, les abid al-Bokhari, qu'il répartit en camps et forteresses à travers le pays. Il réorganise le guich, sorte de contrat féodal selon lequel des tribus se voient octroyer des terres en échange du service militaire. Quant aux renégats, ils constituaient parfois une partie de l'encadrement des armes techniques comme l'artillerie ou le génie ou bien encore ils étaient utilisés comme unités-choc que le sultan exposait au feu sans tenir compte de leurs pertes.

Au plan extérieur, sous le règne de Moulay Ismail, le Maroc fut pour l'Europe un partenaire commercial important, considéré par cette dernière comme un interlocuteur crédible. Liées au commerce ainsi qu'au rachat des captifs, des ambassades furent échangées avec la France et l'Angleterre. Les principales nations européennes étaient représentées au Maroc par des consuls.
Cette fois en direction du Sud, Moulay Ismail réussit à établir son autorité en Mauritanie et au Touat. Tout le long de l'axe commercial transsaharien reliant le Maroc à la vallée du fleuve Sénégal et à la boucle du fleuve Niger, les transactions reposaient désormais sur la monnaie et sur les unités de poids et de mesures marocaines. Les populations maures du Trarza comme celles de Mauritanie considéraient Moulay Ismail comme leur chérif.

Aussitôt ce grand souverain disparu, les tentations autonomistes reprennent le dessus. En effet, la période qui suit la mort de Moulay Ismail, comme celle qui suivit la mort d'al-Mansour, voit le retour à l'anarchie, au trouble dû à la lutte de succession. Le Maroc entre alors dans une période d'anarchie largement due à l'armée qui, au gré de ses sentiments ou de ses intérêts, fait et défait les sultans toujours choisis au sein de la famille alaouite. Il est fondamental de noter qu'en dépit de cette crise gravissime, la dynastie alaouite ne fut jamais remise en question.
Durant trente années (1727-1757), l'armée, vidant les coffres de l'Etat, provoque la dévastation et entraîne la ruine du pays, des crises alimentaires et même un début de famine. Sept fils de Moulay Ismail vont se battre pour le trône. A eux sept, ils auront douze règnes puisque certains, après avoir été renversés, reviendront au pouvoir. Moulay Abdallah fut cinq fois intronisé et renversé. Ayant à mater la révolte des habitants de Fès, il fait édifier une maison de campagne fortifiée et une mosquée au sud de Fès, Dar Dabibagh (Maison du Petit Tanneur) et fait démanteler une partie des remparts. Il édifie également à Fès le fondouk et la fontaine Nejjarin (des Menuisiers). En 1732, il fait ériger la mosquée de Moulay Abdallah à Fès-Jdid. C'est une mosquée impériale que jouxte une nécropole qui renfermera les tombeaux de la plupart des membres de la famille alaouite. A Meknès, il fait détruire le quartier enchanteur de Madinat al-Riyad mais achève la construction de Bab al-Mansour al-Alj. A Salé, il fait construire le sanctuaire de Sidi al-Haj ben Achir.

ŒUVRE DES PREMIERS ALAOUITES

L'effort politique ne détourna pas Moulay Rachid, premier grand monarque alaouite, de l'œuvre civilisatrice. C'est ainsi qu'en homme de lettres et en politicien avisé, il fonda à Fès une des plus grandes medersas de tout l'Occident islamique, la medersa d'al-Cherratin (des Cordiers). Dès 1672, il porta un intérêt particulier à la ville de Fès qui connut la paix sous son règne. Il fait ériger la Qasba des Cherada au nord de Fès Jdid et un grand pont sur le Sebou.

A travers la medersa d'al-Cherratin, des quelques résidences royales, telle celle des Oudaya à Rabat dûe en partie à Moulay Rachid ou celle d'al Maaraka se distinguent quelques-unes des caractéristiques de l'art de la dynastie alaouite. Tout en perpétuant les acquis des époques précédentes, c'est déjà la manifestation de nouvelles orientations qui seront la marque de la création alaouite comme le désir d'unité dans les thèmes, le goût de la grandeur dans la réalisation et le souci de l'adjonction de nouvelles formules qui, sans rompre avec les classiques, feront valoir de nouveaux procédés. Tel est le cas de l'emploi, plus important que par le passé, du bois de cèdre, des bois peints, des zelliges et des menuiseries décoratives.

C'est sous le règne de Moulay Ismail que le véritable essor de la civilisation alaouite commence. En faisant de Meknès sa capitale, il l'éleva au rang de ville impériale. Meknès connaît alors un développement urbanistique sans précédent avec la construction de mosquées, palais, portes monumentales, pavillons d'agrément et fontaines. Grand bâtisseur et profondément religieux, il est le commanditaire des mosquées de la Qasba, de Bab Berdain, de la Zitouna, de Bou Azza, de Sidi Said, la mosquée Lakhdar et divers mausolées. L'art de Moulay Ismail est imposant et puissant. Il fait aussi de Meknès la ville la plus fortifiée du Maroc, la dotant de plus de quarante kilomètres de remparts percés de portes monumentales avec de nombreux palais ordonnés autour de riads ou patios à ciel ouvert, comportant de vastes espaces verts au milieu desquels étaient construits des pavillons d'agrément ainsi que différentes annexes tels que des magasins pour les vivres, les harnais et les armes. Aux alentours, de vastes prairies (aguedals) et vergers ceinturaient l'ensemble et lui donnaient une allure paradisiaque. La richesse dans l'ornementation et la grande variété des formes et des matériaux ont contribué à faire mériter à la ville impériale de Moulay Ismail le qualificatif de « Versailles marocain ».

Une nouvelle ère, annonçant les prémices de changements est ainsi lancée. C'est l'époque d'un développement notoire de la peinture sur bois, qui l'emportera par la suite sur la sculpture, et d'un début de complexité dans les formes que traduisent les compositions en carreaux de zelliges.
La majestueuse porte Bab al-Mansour al-Alj qui donne accès à la ville impériale et qui fut achevée par Moulay Abdallah, fils et successeur de Moulay Ismail, en est un parfait exemple. Elle compte parmi les plus belles portes de la médina.

Le règne de Sidi Mohammed ben Abdallah (1757-1790)

En 1757, à la mort de son père Moulay Abdallah, Sidi Mohammed ben Abdallah, gouverneur de Marrakech est reconnu comme l'héritier du trône. C'est à ce sultan pacificateur et grand admirateur du sultan saadien al-Mansour que revient le mérite de rétablir l'ordre, restaurer l'autorité chérifienne, reconstruire un pays ravagé et réorganiser l'Etat en s'imposant à l'armée et en administrant les tribus. Une de ses priorité fut de briser la puissance des abid responsables en partie d'une certaine anarchie. Le sultan fait massacrer des abids à plusieurs reprises et n'en gardant que 15 000 répartis en plusieurs garnisons et contraints d'y résider, flanqués de contingents berbères ou des recrues guich.

Désireux d'anéantir la présence chrétienne sur certains points du littoral marocain, Sidi Mohammed ben Abdallah encouragea la course, fit fortifier les villes côtières et les équipa d'artillerie, craignant de probables représailles maritimes. Le sultan avait vu juste car les puissances européennes, la France essentiellement, décidèrent, mais en vain, de réagir à la suite de la poursuite ou du développement de la course. Sidi Mohammed ben Abdallah reconquit Mazagan en 1769 sans même avoir à combattre. Il mit le siège devant Mazagan et les Portugais, considérant l'inutilité de cette possession et le coût de sa défense, choisirent alors de l'évacuer. Habilement, Sidi Mohammed ben Abdallah réussit à développer la course tout en en maintenant et même en élargissant le nombre des partenaires commerciaux du Maroc.

Pendant son règne, Sidi Mohammed ben Abdallah fonde plusieurs ports sur la côte atlantique et réanime la ville d'Anfa (Casablanca) en y construisant une mosquée, des écoles, des hammams et des remparts. La modernisation et l'équipement du port de Casablanca témoignent également de la politique d'ouverture extérieure pratiquée par le sultan, tout comme la fondation de la ville d'Essaouira (Mogador) en 1765. Il voulait concentrer la plus grande partie du commerce extérieur du Maroc dans un port qu'il pourrait facilement contrôler. La baie de Mogador semblait le lieu idéal. Il fit appel à un captif français, François Cornut, originaire de Toulon afin de concrétiser son idée. Ce projet était animé par un réel désir d'ouverture sur les nouvelles conceptions urbanistiques qui avaient fait la réputation des grands ports européens et dont le souverain avait saisi l'importance pour le pays. Sidi Mohammed ben Abdallah voulait doter le Maroc d'un grand port moderne et compétitif. Architecte et urbaniste, François Cornut avait été fait prisonnier lors du désastre de Larache en 1766. Avec l'aide de 400 prisonniers chrétiens, il édifia la plus grande partie de la ville et de ses fortifications. Le plan de la ville fut tracé sur le modèle européen.

En plus de son génie en matière de politique et stratégie, Sidi Mohammed ben Abballah fut également un des plus grand constructeurs de la dynastie alaouite. Il manifesta un grand attachement pour Marrakech où il fit entreprendre des travaux de construction et de restructuration dans le quartier de la Qasba, mais aussi de restauration dans les jardins de l'Aguedal et dans divers sanctuaires. Il fait également construire de nombreux édifices religieux à Meknès dont la mosquée al-Azhar ou al-Roua, les mosquée de Berdâin et de Benima et les mausolées de Sidi Mohammed ben Aissa et de Sidi Bou Othman. A Rabat, la fondation de la mosquée al-Sounna débute et le palais royal est construit. La ville de Fès sous son règne connut une véritable renaissance. Plusieurs mosquées et oratoires s'élevèrent. Il fit restaurer la mosquée Bouânaniya. Sidi Mohammed ben Abdallah ne semble avoir oublié aucune grande ville laissant son empreinte un peu partout dans le pays.

En dehors d'Essaouira, son œuvre architecturale reste dans la tradition héritée, même si elle se traduit dans les plans et la plastique par une interprétation très libre des conceptions reçues. Ses palais, ses mosquées et ses medersas se distinguent par la simplicité des formes et la discrétion des décors.

Dans les années 1770/1780, la sécheresse (1776 à 1782) et une épidémie de peste (1797 à 1800) provoquent une catastrophe démographique et un important déplacement de population qui allaient profondément et longtemps marquer le Maroc. Selon les recherches les plus récentes, la moitié de la population marocaine aurait succombé durant ces vingt-cinq années avec toutes les conséquences sociales qui en découlèrent comme, par exemple, l'abandon des villes, l'exode des populations à la recherche de régions moins affectées par ces fléaux et la désertification de régions entières. De cinq millions d'habitants au début du XVIe siècle, la population du Maroc passe à moins de trois millions. Ce désastre allait cependant favoriser la recrudescence des zaouias.

Sidi Mohammed ben Abdallah meurt en 1790, laissant un pays reconstruit mais dans lequel les ferments de division subsistaient et l'emprise des zaouias grandissait.

Le règne de Moulay Yazid (1790-1792)

Moulay Yazid, qui avait été désigné comme l'héritier de Sidi Mohammed, se lança dans une série de révoltes, de rébellions contre son père, menant une vie aventureuse et parfois scandaleuse. Le bref règne de Moulay Yazid fut marqué par le soulèvement du Sud marocain, la proclamation d'un de ses frères comme sultan à Marrakech et la rébellion d'un autre de ses frères dans le Souss et le Tafilalet. La réaction de Moulay Yazid fut d'une grande violence et cruauté. Il reprit Marrakech qui fut pillée et des otages furent massacrés. Moulay Yazid trouva la mort lors d'une contre-attaque. Le Maroc restera divisé jusqu'en 1797.

Le règne de Moulay Slimane (1792-1822)

Fils du sultan Sidi Mohammed ben Abdallah, Moulay Slimane, au début de son long règne (trente ans) eut à combattre deux de ses frères, Moulay Hicham, reconnu comme sultan par une partie du Sud du Maroc, et Abderrahmane, reconnu par d'autres territoires dans le Tafilalet.

Malgré sa victoire sur ses deux frères, trois nouvelles crises apparurent : une crise montagnarde et berbère (dans le Rif, dans le Moyen et Haut-Atlas) qui éclata vers 1810, une crise religieuse résultant de la recrudescence du pouvoir des zaouias et enfin une crise dynastique qui fut la synthèse des deux précédentes. Afin de faire face à ces problèmes, Moulay Slimane n'hésita pas à utiliser certaines confréries notamment celle des Derkaoua puis celle des Tijanya.

Les Rifains furent battus en 1813. Les Berbères de la tribu des Ait Atta prirent le contrôle d'une partie du Tafilalet en 1816. Le soulèvement dans le Moyen-Atlas fut le plus important avec toutes les tribus sanhaja et zénètes de la région s'unissant autour du chef des Ait Sidi Ali, Abou Bakr Amhaouch. Ils se trouvaient ainsi coalisés contre le sultan et rejoints par les Zemmour. En 1818, l'armée du sultan est battue par cette coalition, Moulay Slimane fait prisonnier et son fils Moulay Brahim tué. Durant sa captivité de quatre jours, en tant que descendant du prophète, le sultan fut traité avec respect avant d'être libéré par les insurgés. De plus, les rebelles ne remettaient pas en question la dynastie alaouite. Amhaouch, désormais maître de la montagne berbère, entra dans la ville de Fès en 1820 et y rencontra les chefs de la confrérie de Ouezzane qui étaient également en guerre contre le sultan.

Sur le plan international et jusqu'en 1805, date marquant le déclin du commerce extérieur, Moulay Slimane reprit la politique de Sidi Mohammed ben Abdallah. A l'aube du XIXe siècle, ce déclin est considéré comme une des sources d'appauvrissement du Maroc inaugurant une politique d'isolement et de repli.

Comme ses prédécesseurs, Moulay Slimane entreprit la construction et la restauration d'édifices religieux. Il fonde à Fès, la medersa de Bab Guissa, la grande mosquée al-Rcif et entreprend la construction de la demeure seigneuriale Dar Moulay Slimane. Il réalisa aussi des travaux au Dar al-Makhzen, à Fès, en y ajoutant des enclos fortifiés. Au début du XIXe siècle, sont fondées, à Rabat, la mosquée al-Qoubba et la mosquée Moulay Slimane.

La fin du règne de Moulay Slimane se caractérise par l'affaiblissement du pouvoir central. En 1822, le sultan fut à nouveau battu et son vainqueur, le chef de la zaouia cherradiya, le libéra. Une fois de retour à Marrakech et ayant perdu tout son prestige, Moulay Slimane choisit comme successeur un de ses neveux, Moulay Abderrahmane ben Hicham, fils de son frère Moulay Hicham.

Le règne de Moulay Abderrahmane (1822-1859)

Au cours du long règne de trente-sept ans qui s'ouvrait, Moulay Abderrahmane, soumis plus que jamais aux pressions et au dynamisme conquérant des puissances européennes, fut contraint de sortir de son isolement. A la différence de beaucoup d'autres territoires convoités et malgré son affaiblissement croissant, le Maroc ne succombera aux puissances européennes qu'à la fin du siècle.

Contrairement à son prédécesseur, Moulay Abderrahmane, dès son arrivée au pouvoir, avait tenté, mais en vain, d'ouvrir le Maroc à des partenaires commerciaux en signant des conventions avec le Portugal en 1823, l'Angleterre en 1824, la Sardaigne et la France en 1825. L'intervention de la France en Algérie, avec d'abord la prise d'Alger allait enclencher une succession d'événements graves pour Moulay Abderrahmane. La France envoya une mission diplomatique en 1832 au Maroc afin d'obtenir la neutralité du makhzen dans les affaires algériennes. En l'obtenant, la France pouvait poursuivre en toute liberté ses opérations militaires.

Parmi les révoltes qui éclatèrent en Algérie la même année, la plus importante fut celle du jeune émir Abd el Kader que les ouléma de Fès décrétèrent s'apparenter à la Guerre Sainte, au jihad. Malgré les accords de 1832, le Maroc se sentant solidaire des musulmans d'Algérie qui luttaient contre l'invasion chrétienne leur envoya vivres et armes. A partir de ce moment-là, le Maroc se trouvait indirectement impliqué dans une lutte, qui à la base, n'est pas sienne. Les troupes françaises ayant acculé Abd el Kader dans la zone frontalière avec le Maroc et occupant en 1844 les lisières du Sahara déclenchèrent le premier incident frontalier franco-marocain. Cet incident allait provoquer une vive émotion en France qui trouva là prétexte à une intervention contre le Maroc.

La France exigeait en réparation l'expulsion d'Abd el Kader et l'engagement que les troupes marocaines ne dépasseraient pas la rivière Tafna. Le Maroc refusa les conditions françaises. La guerre entre le Maroc et la France était désormais inévitable. Le 14 août, la bataille d'Isly, à l'ouest d'Oujda, se solda par la défaite désastreuse des troupes marocaines. Dès lors, le Maroc ne pourra résister totalement aux sollicitations européennes.
Le 18 mars 1845, Français et Marocains signaient la Convention de Lalla Maghnia qui fixe la frontière entre l'Algérie et le Maroc de la mer à Teniet Sassi, au sud-est d'Oujda. Tribus, villages et ksour furent séparés de la manière la plus artificielle, ouvrant la porte à tous les conflits ultérieurs. Le traité donnait à la France un droit de regard sur les territoires du Sud en cas d'attaque sur les frontières ou de révolte des Algériens soumis à la France. Cette clause devait avoir de graves conséquences sur l'intégrité territoriale du Maroc.

En dépit des pressions impérialistes, Moulay Abderrahmane saura réprimer les révoltes internes et maîtriser la situation, sachant tirer habilement parti des rivalités entre puissances. Comme ses prédécesseurs, Moulay Abderrahmane marqua son règne par des créations architecturales comme la mosquée al-Jdid à Fès édifiée en 1824, la porte alaouite du Mechouar et de l'Aguedal de Marrakech (bâtie entre 1830 et 1859), le Borj al-Kbir et Bab al-Jdid à Salé.

Le règne de Sidi Mohammed ben Abderrahmane ou Mohammed IV
(1859-1873)

Mohammed IV fut désigné comme héritier par son père de part sa droiture et son rôle de vice-roi exercé du vivant de ce dernier. En effet, Mohammed IV était depuis longtemps initié aux affaires. Pendant son règne, il continua à faire face aux puissances européennes, exploitant leurs rivalités. Il oposa essentiellement une résistance passive aux entreprises économiques des puissances, hormis la guerre contre l'Espagne qu'il dut affronter au début de son règne.

L'incident fut déclenché par la destruction, dans le Nord, d'une borne frontalière sur laquelle figuraient les armes espagnoles lors de la révolte des Anjra. Il n'en fallut pas d'avantage pour que l'Espagne occupe Tétouan le 6 février 1860. Une des nombreuses clauses du Traité de paix de Ceuta (26 avril 1860) condamnait le Maroc à verser une indemnité écrasante de guerre de 20 millions de douros. Le Makhzen, étant incapable de payer cette somme et surtout affolé par les révoltes sporadiques que suscitait cette nouvelle humiliation, accepta l'argent avancé par les banques anglaises mais dont la lourde garantie étaient les droits de douane. L'Angleterre ainsi que l'Espagne aggravèrent la crise politique et économique du Maroc par une crise monétaire. Désormais, les emprunts succèderont aux emprunts, anémiant les finances de l'empire, portant des coups répétés à l'indépendance du pays en l'ouvrant aux influences européennes. Le Maroc, étranglé, désespéré et impuissant militairement, voyant alors tous les consuls étrangers profiter de la situation et imposer leurs exigences, n'avait plus de recours que dans l'isolement et l'inertie.

Cette situation destabilisa largement le pays dans la deuxième moitié du XIXe siècle aussi bien économiquement que politiquement, provoquant de nombreuses révoltes auxquelles Mohammed IV dut faire face. Comme ses prédécesseurs, Mohammed IV marqua son règne de son œuvre architecturale. C'est pendant son règne que furent réalisés les pavillons du Jnan Redouan et de la Menara, la fontaine de Sidi Bel Abbas à Marrakech ainsi que le palais royal à Rabat. Mohammed IV avait également fait construire une cartoucherie à Marrakech et un arsenal à Fès.

Le règne de Moulay al Hassan ou Hassan Ier (1873-1894)

Moulay al Hassan, ayant exercé du vivant de son père, Mohammed IV, la fonction de khalifa du sultan dans le Sud, est désigné comme son successeur. Ce sera l'un des plus grands souverains que le Maroc ait connu, jouissant d'un grand prestige que lui conféraient sa piété et sa pondération. Cependant, son accession au trône fut marquée par des révoltes provoquées par de profonds troubles, antérieurs à son règne, vécus par la société marocaine. A Fès, les tanneurs refusaient de lui prêter serment et dans la région de Meknès, des tribus se soulevaient. Hassan Ier ne tarda pas à réprimer ces révoltes et à pacifier le Moyen-Atlas.

L'ampleur de son œuvre et ses idées novatrices dans tous les domaines firent de ce sultan alaouite un grand souverain. Malgré le contexte politique en Afrique du Nord défavorable au Maroc, il parvint à maintenir la paix et à sauvegarder son indépendance grâce à son habileté, à son courage et à sa clairvoyance. Afin de moderniser le Maroc et mieux exploiter ses ressources, Hassan Ier innova dans différents domaines tels l'envoi d'étudiants à l'étranger et l'organisation du makhzen. L'industrie et l'agriculture furent encouragées afin de réduire les besoins en importation. De grands travaux d'aménagement des ports furent réalisés.

Chemins de fer et ponts furent également prévus à l'intérieur du pays, donnant lieu à une concurrence effrénée de la part des industriels européens. Quant aux services postaux et au télégraphe, ils furent partagés entre les Anglais et les Français. Les richesses du sous-sol commencèrent à être exploitées : charbon aux environs de Tanger, plomb et cuivre dans le Souss, antimoine près de Ceuta, fer dans le Djebel Hadid.

Malgré tous ses efforts, son œuvre de développement fut incomprise et à la fin du siècle les problèmes financiers étaient tels que les emprunts devinrent inévitables et ruineux. Tout en sachant que l'Europe avait déjà gagné, Hassan Ier avait réussi pendant son règne à maintenir une paix relative. Mais le pays restait soumis.

Malgré l'impérialisme grandissant des puissances européennes et les révoltes internes que Moulay al Hassan eut à affronter, l'œuvre architecturale ne fut pas pour autant négligée. Parmi les nombreux édifices érigés pendant son règne on compte pour la ville de Marrakech, Bab Chkirou (1873-1874); pour la ville de Salé, les riches demeures de notables Dar Sbihi et Dar Aouad; pour la ville de Meknès, la demeure du ministre du sultan Dar Abdallah Jamai (actuellement musée), et celle du caïd Mechouar Dar bel Allam; pour la ville de Fès, la mosquée Sidi Ahmed ben Yahya agrandie et transformée en grande mosquée en 1882-1883, le palais Dar al Bayda dont une partie, construite en 1890, est l'œuvre de Hassan Ier, le palais estival du sultan Dar Batha, achevé en 1897 sous Moulay Abd al-Aziz et la fabrique d'armes ou Makina (arsenal), construit en 1885 à Fès Jdid.

Le règne de Moulay Abd al-Aziz (1894-1908)

Après la mort subite de Hassan Ier, le problème de succession se posa à nouveau. Mais à la suite de pressions du puissant et grand vizir Ben Moussa, connut sous le nom de Ba Ahmed, le jeune Abd al-Aziz, âgé de quatorze ans, fut proclamé sultan en 1894 sans la consultation des ouléma. L'opposition flagrante à cette intronisation «imposée», notamment par un grand nombre de notables de Fès, poussa la Cour à aller s'installer à Marrakech. Nombre d'opposants auraient préféré voir sur le trône le frère aîné d'Abd al-Aziz, Moulay Mohammed.

Pendant six ans, la réalité du pouvoir fut exercée avec autorité par Ba Ahmed soutenu par la veuve de Moulay Hassan, la Circassienne Lalla Rqiya. Il fit régner l'ordre à l'intérieur et joua sur les rivalités des puissances, en particulier la France et l'Angleterre, pour retarder leur mainmise sur le Maroc. Cependant, ce grand vizir commit une grave erreur dont le Maroc aura à souffrir dans les années suivantes : il négligea l'éducation du jeune sultan, confiné dans son palais, grandissant dans la facilité sans que lui furent dispensées les connaissances et la discipline nécessaires à un prince, à un futur souverain. Son éducation négligée et la division du makhzen en clans rivaux en feront un velléitaire, violent mais sans fermeté, éprouvant une grande fascination pour les nouveautés de la technique européenne. Il jouait au tennis, s'entourait de bicyclettes, d'automobiles, de pianos, de phonographes et d'appareils photographiques.

A la mort de Ba Ahmed en 1900, Moulay Abd al-Aziz, âgé de vingt ans, accéda réellement au trône. Avec son intronisation, le début d'une période de graves troubles, qui allaient entraîner la perte d'indépendance du Maroc, s'annonçait aussi bien sur le plan intérieur que diplomatique. Le goût prononcé de Moulay Abd al-Aziz pour les nouveautés techniques européennes et leur coût exorbitant ajouté à son incapacité d'assumer ses devoires d'Imam, creusèrent le fossé entre sa personne et son peuple et compromirent grandement son prestige. Le peuple considérait ces nouveautés comme des innovations contraires aux préceptes de l'Islam et dangereuses pour la religion. Il était persuadé que seuls l'isolement et le retour à la tradition étaient susceptibles de redonner vigueur et force au pays.

Le mécontentement s'aggrava lorsque le jeune souverain entreprit certaines réformes, véritablement révolutionnaires, comme le tertib ou impôt sur les biens agricoles. Abd al-Aziz décida de remplacer l'impôt coranique traditionnel, par ce nouvel impôt, égalitaire à ses yeux, puisqu'il devait être acquitté aussi bien par les humbles que par les riches. Cette décision souleva la colère aussi bien des privilégiés que des petites gens.

Le sultan ne pourra mener à bien ses réformes en raison de l'hostilité, surtout des dignitaires, vis-à-vis de tout ce qui pouvait menacer leur fortune et des pressions des puissances européennes. C'est ainsi que le début du XXe siècle commença par une période de troubles pendant laquelle la débâcle financière du Maroc s'accéléra. La période des emprunts s'ouvrit vite au profit de la Banque de Paris et des Pays-Bas qui prèta en 1902, l'équivalent de 7 500 000 francs au Trésor marocain. Une année plus tard, cette même somme sera empruntée à deux reprises d'abord à une banque anglaise puis à une banque espagnole. Ces emprunts servaient à payer les dettes du sultan, les campagnes militaires contre les opposants et les entreprises étrangères qui avaient fourni matériel et services dans le cadre des grands travaux. Désormais, chaque emprunt servait avant tout à rembourser le précédent.

A la veille du protectorat et étroitement liés aux intrigues coloniales visant à faciliter la conquête du Maroc, les révoltes dégénèrent en dissidence et des troubles s'aggravent et se généralisent. En effet, profitant de l'affaiblissement du pouvoir central, la France intensifia son action déjà entreprise depuis 1890 dans le Sahara marocain. A partir de 1903, date à laquelle Lyautey fut appelé et nommé général en Algérie afin d' «assurer la pacification» de la frontière depuis la Méditerranée jusqu'à Beni-Abbas, la subtile avancée française vers l'Ouest en territoire marocain s'accentua. En 1908, la France contrôlait désormais toute la région située entre la frontière algérienne et la Moulouya.

De plus, afin d'assurer sa prépondérance sur le Maroc dans la course impérialiste du début du XXe siècle, la France en 1904 signa une série d'accords avec l'Angleterre puis l'Espagne moyennant quelques concessions. L'Allemagne, systématiquement tenue à l'écart de ces conventions et ayant des intérêts au Maroc, manifesta son mécontentement en encourageant le sultan à ne pas céder aux pressions françaises, à refuser toutes les propositions et surtout à réclamer la réunion d'une conférence de toutes les puissances intéressées au Maroc. L'arrivée de Guillaume II à Tanger le 31 mars 1905 et ses nombreuses déclarations par lesquelles il reconnaissait la souveraineté de Moulay Abd al-Aziz et son indépendance et où il affirmait son opposition à tout ce qui pouvait menacer l'égalité entre les puissances au Maroc, déclencha un processus de tension européenne.

A la demande du sultan et sous la pression allemande, cette tension provoqua une conférence internationale, réunissant treize pays, qui se tint du 7 janvier au 6 avril 1906 à Algésiras, en Espagne. L'Allemagne s'y trouva isolée et l'Angleterre soutint la France qui en retira tous les avantages. L'indépendance et l'intégrité du Maroc étaient reconnues et la France obtenait le contrôle de Rabat, Mazagan, Safi et Mogador. Les Espagnols obtenaient Tétouan et Larache et partageaient Casablanca et Tanger avec les Français. Plaçant le Maroc sous une sorte de « protectorat international », le Traité d'Algésiras marqua la fin effective de son indépendance.

Au Maroc, ce traité enflamma le mécontentement de la population entière qui accusait le sultan et le makhzen d'inertie voire même de traîtrise. Partout des émeutes éclatèrent, menaçant aussi bien les fonctionnaires du sultan que les Européens. La France profitant d'incidents intervenus entre Français et Marocains et engendrés par cette situation, se lance désormais dans l'occupation militaire du Maroc, commençant par Oujda, la partie orientale du pays ainsi que Casablanca en 1907 et l'ensemble de la Chaouia en 1908.

Le règne de Moulay Abd al-Aziz, comme celui de ses prédécesseurs connut également l'édification et l'achèvement d'œuvres architecturales. A Fès, le palais estival de Moulay al Hassan, Dar Batha fut achevé, Dar Menebhi, Dar Glaoui et Dar al-Mokri furent construites. A Marrakech, le palais de Bahia et Dar Si Saïd furent édifiés et à Meknès, Dar Benani fut réalisé.

Le règne de Moulay Hafid (1908-1912)

Jouissant d'une réputation de piété exemplaire, Moulay Hafid, frère aîné d'Abd al-Aziz, fut proclamé sultan à Marrakech le 16 août 1907 à la suite des évènements de Casablanca. A Fès, il fut acclamé sur sa promesse de mener à bien la Guerre Sainte et les oulèma de Fès lui demandèrent d'abroger les accords d'Algésiras, de chasser les Français de la Chaouia et du Maroc Oriental. Abd el Aziz fut alors détroné. Moulay Hafid accède au pouvoir mais dans l'incapacité de l'exercer et surtout de tenir ses promesses. Il entama de vaines négociations avec la France qui imposa sa domination dans le domaine de l'armée, puis réclama de lourdes indemnités pour la campagne de représailles de Casablanca et de la Chaouia. Moulay Hafid dut renoncer au jihad, enflammant à nouveau la population marocaine et les oulama.

L'Espagne, profitant de la conjoncture et à la suite d'incidents entre Espagnols et Marocains dans le Nord, envahit une partie du Rif. La France ne pouvant tolérer ce climat d'insécurité et de révoltes sanglantes dans un pays où elle avait déjà tant «investie», obligea Moulay Hafid, le 4 mai 1911, à signer une lettre au gouvernement français antidatée du 17 avril demandant l'aide de la France pour rétablir la paix et faire disparaître les causes de troubles et d'agitation tout en préservant l'autorité chérifienne. Les portes de la capitale Fès étaient désormais ouvertes et la colonne Moinier entra dans la ville le 21 mars 1911. Meknès fut investie le 8 juin et Rabat le 9 juillet.

A cette occupation française, l'Espagne réagit en occupant Larache et El Ksar el Kébir. L'Allemagne, qui n'avait jamais cessé de s'opposer à la pénétration française au Maroc, ne réagit que le 1er juillet 1911, envoyant le croiseur Panther à Agadir pour protéger ses intérêts économiques dans le Souss. C'était là du moins le prétexte officiel. En fait, il s'agissait de montrer à la France qu'elle ne pouvait impunément prendre possession du Maroc. Afin de «calmer» l'Allemagne et d'obtenir la reconnaissance de ce qui, sous peu, allait officiellement devenir le protectorat français sur le Maroc, la France décida de lui offrir des compensations. Le 4 novembre 1911, par le Traité de Berlin, l'Allemagne reconnait le protectorat français mais reçoit une partie du Congo.

N'ayant plus à craindre l'intervention des puissances coloniales européennes, et isolant diplomatiquement Moulay Hafid, la France pouvait désormais agir en toute liberté au Maroc. Le 24 mars 1912, le ministre de France à Tanger, Regnault, arrive à Fès avec pour mission de faire signer au sultan le Traité du Protectorat ou Convention de Fès. Sous la pression de cinq mille soldats français qui campaient sous les murs de son palais, de l'occupation de vastes zones dans l'ouest et dans l'est du royaume et d'un climat d'anarchie qui s'étendait dans le pays, Moulay Hafid accepta de signer le Traité du protectorat le 30 mars 1912. Cette signature déclencha une vague de sanglants combats, en particulier dans la ville de Fès. La pacification, n'étant pas aussi facile que prévue, les ministères à Paris décident d'envoyer un homme à poigne, Hubert Lyautey afin de régler tous les problèmes militaires et administratifs. Premier Résident général au Maroc, il réussit à rétablir en mai le calme à Fès, à prendre Marrakech en septembre 1912 et Taza en 1914. Lyautey décida de transférer la capitale à Rabat.
Peu après et avec l'insistance de la France, le sultan abdique « pour raison de santé » au profit de son frère, l'élu de Lyautey, Moulay Youssef. En échange de son abdication, Moulay Hafid obtint 375 000 francs de rente annuelle et un chèque de 40 000 livres sterling.

Le règne de Moulay Youssef (1912-1927) sous le Protectorat français (1912-1956)

Le makhzen dut reconnaître Moulay Youssef comme sultan et Lyautey put commencer son œuvre. Etant imam et calife, le sultan conserve alors tous les attributs de son prestige et son pouvoir spirituel reste intact, faisant l'objet d'un respect sincère de la part de Lyautey. Pour ce qui est des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, il se contente de signer les dahirs qui lui étaient présentés par la Résidence. De même, pour nommer les fonctionnaires, il n'a de choix que sur les listes qu'elle lui soumet. Le makhzen est réformé comme prévu. Il n'a plus qu'un rôle de façade : il est la survivance d'un ordre ancien, maintenu en marge du système qui doit amener le Maroc à la modernité sous l'administration du Résident.

Ce dernier comprit rapidement et déclara qu'au Maroc il se trouvait devant «une authentique nation, devant un peuple ayant un passé exceptionnellement riche, des structures originales et une civilisation», faisant une nette distinction entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Lyautey, conscient du fait que le protectorat n'était qu'un état transitoire devant inéluctablement aboutir à l'indépendance du Maroc, allait agir dans ce sens pendant treize ans, en étant d'abord un chef de guerre mais aussi un administrateur intelligent, diplomate et respectueux de l'identité marocaine. De plus, son respect pour l'architecture et les objets d'art marocain fut exemplaire. En esthète cultivé, il veilla à leur mise en valeur et à ce que, lors des grands projets, les villes soient respectées et le patrimoine culturel sauvegardé.

L'instauration du Protectorat français et la présence de Lyautey n'empêchèrent pas les troubles de persister. Bien au contraire, une résistance marocaine était en train de se consolider. En effet, la résistance armée fut très importante et très longue. Les tribus, malgré le déséquilibre des forces, ne pouvaient accepter sans réagir la venue des troupes françaises et la colonisation imposée par une puissance chrétienne. Elles résistèrent dans certaines régions jusqu'en 1934, date à laquelle le Maroc fut enfin considéré comme pacifié. La prise de conscience politique se développa ensuite dans les centres urbains et le combat fut dès lors essentiellement politique.

En 1927, le sultan Moulay Youssef meurt. Le cadet de ses trois fils, Sidi Mohammed ben Youssef, âgé de dix-huit ans, est proclamé sultan sous le nom de Mohammed V.

Le règne de Mohammed V et la libération nationale (1927-1961)

A la mort du sultan Moulay Youssef, le cadet de ses trois fils est proclamé sultan du Maroc le vendredi 18 novembre 1927. A cette date, le Traité du Protectorat a déjà quinze ans, les résistances militaires ont presque toutes été brisées, la guerre du Rif est terminée et le colonialisme mondial vit son «âge d'or».

En dépit de son jeune âge, Mohammed V comprit très vite que l'urgence politique devait être, non pas l'indépendance, une utopie en 1927, mais la sauvegarde de l'unité et de l'identité marocaines. Pendant les vingt premières années de son règne, sa priorité fut d'empêcher que le Protectorat du Maroc ne dégénère en colonie. En effet, Mohammed V avait décidé de ne céder aucune parcelle de ce que le Traité de 1912 lui avait reconnu. A partir de 1944, toute l'action de Mohammed V aura pour but l'indépendance du Maroc. C'est avec une totale détermination et avec un grand sens politique qu'il atteindra ses deux objectifs. Tout au long de son règne, le monarque fut d'une intransigeance inégalable et inébranlable dès lors qu'il s'agissait de l'unité nationale ou de la souveraineté du Maroc.

Un des nombreux exemples de cette intransigeance survint après la défaite militaire française, lorsque le gouvernement de Vichy désira que les lois anti-juives mises en application en France et en Algérie fussent étendues au Maroc. Le sultan s'y opposa radicalement, affirmant que les Juifs vivant au Maroc étaient des sujets marocains et que vouloir leur appliquer des lois spéciales introduirait un précédent inacceptable dans le domaine de l'unité nationale du Maroc et de sa souveraineté.

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le prestige de la France était atteint et la Charte de l'Atlantique avait proclamé le droit de tous les peuples à choisir la forme de gouvernement sous laquelle ils voulaient vivre. C'est dans ce contexte que le sultan Mohammed V se rendit en France où le général De Gaulle lui promit de réfléchir à une forme d'émancipation du Maroc. Cette promesse ne fut pas tenue puisque De Gaulle démissionna en 1946 et que les gouvernements qui se succédèrent au pouvoir ne voulurent pas prendre en compte cette situation nouvelle. Au Maroc, les nationalistes ne se contentent plus de réclamer des réformes, ils demandent l'indépendance. Créé en 1943, le parti Istiqlal (Indépendance) domine désormais la vie politique, très présent dans l'entourage de Mohammed V et au Conseil du gouvernement qui n'a aucun pouvoir mais qui constitue une tribune.

Mohammed V se rend à nouveau en France en 1951 afin de demander au gouvernement de mettre un terme au Traité de Protectorat de 1912. La série de réformes proposées par le gouvernement français allait dans le sens de la co-souveraineté sur le Maroc, c'est-à-dire à l'encontre de l'indépendance. Aussitôt de retour au Maroc et en signe de contestation, Mohammed V décida alors la « grève du sceau » qui fit que les dahirs présentés à sa signature pour promulgation par le Résident de France, le général Juin, ne pouvaient plus être ratifiés. La situation étant bloquée, le général Juin demanda à Mohammed V de désavouer l'Istiqlal ou de se démettre. Le samedi 23 décembre 1950, le pacha de Marrakech Si Thami al-Glaoui, fidèle allié de la France, s'était rendu au Palais afin d'y présenter ses vœux à Mohammed V à l'occasion du Mouloud et il avait demandé au souverain de ne plus se laisser influencer par les membres de l'Istiqlal. Mohammed V le congédia sans ménagement et lui signifia, par l'intermédiaire du grand vizir, l'interdiction d'accéder au palais jusqu'à nouvel ordre. En février 1951, afin de contraindre le sultan à cesser « la grève du sceau » et avec l'accord et le support matériel de la Résidence, al-Glaoui lança des milliers de cavaliers des tribus vers Fès et Rabat. Mohammed V céda le 23 février face à ce coup de force qui risquait de déclencher une guerre civile.

En désespoir de cause, Mohammed V demanda l'émancipation immédiate du Maroc au mois de novembre 1952, dans son « discours du trône ». Cet acte désespéré provoqua la colère de la France et, le 14 et 15 août, le souverain fut mis en état d'arrestation avec le prince héritier Hassan puis embarqué à bord d'un avion militaire français pour un exil de plus de deux années en Corse puis à Madagascar. Le 15 août, Mohammed ben Arafa, un cherif de la famille alaouite, « candidat au trône » que le Glaoui avait suggéré à la Résidence, fut proclamé « Prince des Croyants » à Marrakech. Le peuple marocain s'enflamma et les actes terroristes se multiplièrent. Voyant la situation s'aggraver et ayant à faire face à de sérieux problèmes, en particulier la chute de Diên Biên Phu en mai 1954 ou le début de la guerre d'Algérie en automne de la même année, la France décida d'agir.

Le 22 août 1955, après que des contacts officieux eurent été pris avec le sultan d'une part et les nationalistes d'autre part, une conférence débuta à Aix-les-Bains. La création d'un Conseil du trône et d'un gouvernement marocain chargés d'établir une base de négociations pour l'avenir des relations franco-marocaines fut décidée. Le 8 septembre, un accord est trouvé et approuvé par Mohammed V. Mohammed ben Arafa abdique le 1er octobre et, le 26, l'Istiqlal exige le retour du sultan légitime. A l'issue des négociations entamées en France le 1er novembre 1955 avec le président du Conseil français Edgar Faure et son ministre des Affaires Etrangères, Antoine Pinay, Mohammed V obtint la «Déclaration de La Celle Saint-Cloud» par laquelle la France mettait un terme au régime du Protectorat et rétablissait la totale indépendance du Maroc. Le 10 novembre, Mohammed V rentrait au Maroc dans la liesse générale.

Le vendredi 2 mars 1956, la France signait un document par lequel elle reconnaissait officiellement l'indépendance du Maroc. Le 7 avril fut signée une déclaration dans laquelle l'Espagne renonçait à son tour à la souveraineté qu'elle exerçait sur la partie septentrionale du royaume. Le 29 octobre, la zone de Tanger était réintégrée au Maroc.

Sous le règne de Mohammed V, le Maroc recouvre son indépendance et le souverain prend le titre de roi à la place de celui de sultan. Le «Sultan Libérateur et Bien-aimé», Mohammed V meurt subitement durant une intervention chirurgicale le 26 février 1961. Dès que la nouvelle fut connue, le Maroc fut plongé dans la plus grande affliction.

ŒUVRE DU XIXe SIECLE ET DU DEBUT DU XXe SIECLE

Tous les sultans alaouites marquèrent leur époque par des créations architecturales dont le détail a été retracé ci-dessus pour chaque règne. Leurs efforts politiques ne les ont jamais détournés de l'édification architecturale. L'art alaouite vit sur la répétition de formules déjà bien enracinées dans le pays. Des souverains comme Moulay Slimane (1792-1822), Moulay Abderrahmane (1822-1859) ou Moulay al Hassan (1873- 1894) ont tous laissé des œuvres singulières qui révèlent leur attachement à enrichir les répertoires existants par des détails architecturaux et ornementaux tout en perpétuant les acquis des époques précédentes.

Ces œuvres ne manquèrent pas d'influencer les notables du makhzen et les riches commerçants des villes principales. Cette influence est très nette dans l'architecture civile surtout dans les riches demeures de dignitaires plus réceptifs aux nouveaux apports et permettant une renaissance de la création même si, de façon générale, l'attachement aux formes traditionnelles restent profondément ancré. La nouveauté se manifeste principalement dans la maçonnerie et l'ornementation donnant lieu à une grande variété de styles.

Tandis que l'architecture dynastique, religieuse et civile (grandes mosquées et palais) présente une réelle unité de style, dans l'architecture des petits oratoires et des demeures de riches dignitaires peuvent se distinguer trois écoles régionales. Celle de Fès-Meknès montre une fidélité à l'héritage mérinide. Celle de Rabat-Salé combine la tradition almohade, avec son architecture et son travail de la pierre (taillée, sculptée), à certains thèmes de la Renaissance espagnole (introduits au XVIIe siècle par les Morisques) avec par exemple sa riche mouluration des arcs en plein cintre. Témoignant encore d'un sens profond de grandeur, l'école de Marrakech est fidèle à la bâtisse de brique et de pisé à laquelle s'allient les ressources de la polychromie.

Etant d'une grande originalité et richesse, l'œuvre des Alaouites du XIXe siècle ne se limitait pas aux villes puisqu'elle se retrouve dans les régions les plus reculées du Maroc, en particulier dans le Sud, sous forme de kasbahs et ksour. Tout en perpétuant un savoir-faire dont les origines lointaines sont encore très mal connues, la plastique et la décoration de ces constructions imposantes sont uniques étant foncièrement distinctes des techniques citadines.

La création artistique urbaine, (céramique, broderie, tapisserie, bijouterie, art du bronze, etc.), tout en restant fidèle aux formes héritées du Moyen - Age enrichies par les apports andalous et morisques, n'est pas restée figée, connaissant un enrichissement des détails par des combinaisons nouvelles.

Les arts du milieu rural, tout en ayant un caractère très différent de la production citadine, sont également d'une grande richesse et diversité. Les tapis aux couleurs chatoyantes sont presque exclusivement décorés de motifs géométriques parfois hautement symboliques. La poterie est d'une grande élégance de formes. La production d'armes et de bijoux révèle une parfaite maîtrise des techniques et une grande diversité.

Au XXème siècle, l'art architectural marocain est le résultat d'un long cheminement. Désormais, les artisans de l'architecture traditionnelle perpétuent les acquis des époques précédentes, des formules déjà bien enracinées au Maroc. Ils accordent cependant une attention toute particulière à l'enrichissement des répertoires existants par de nouveaux détails architecturaux et ornementaux.

L'architecte et l'artiste marocains en général, étant réceptifs aux nouveaux apports, permettent une renaissance de la création, même si l'attachement aux formes traditionnelles reste profondément ancré. En architecture, la nouveauté se manifeste principalement dans la maçonnerie et l'ornementation donnant lieu à une grande variété de styles. C'est ainsi que pendant le Protectorat, l'architecture marocaine a subi l'influence des courants artistiques européens, en particulier celle de l'Art Déco avec ses lignes géométriques pures. Cette influence ne fut que superficielle puisqu'elle se «greffait», en nouveauté décorative, sur une architecture aux formules déjà millénaires. De nombreux édifices à Casablanca et à Rabat présentent ces innovations. Loin de céder à l'uniformisation, l'art traditionnel architectural marocain a su conserver son identité. La mise en place au Maroc d'une conception urbanistique et de plusieurs dispositifs législatifs par Lyautey dès l'avènement du Protectorat en 1912 a fait que les médinas et les centres historiques marocains sont les mieux conservés du monde Islamique. Ces mesures ont permis la sauvegarde d'une immense partie du patrimoine marocain.

Les arts dits traditionnels ont connu quelques bouleversements au début du XXe siècle. A l'instauration du Protectorat, en 1912, l'arrivée de nouveaux objets européens, l'introduction du plastique et de certains produits chimiques et l'importation de porcelaine chinoise bouleversent les habitudes des Marocains et corrompent le goût des artisans, surtout des potiers et céramistes. C'est ainsi qu'au début du XXe siècle, l'industrie de la poterie par exemple, commence à s'essouffler fabricant des objets dont la qualité, les techniques et les répertoires ornementaux appauvris ne reflètent plus la grandeur de cet art traditionnel. Grâce à l'amour que portait Lyautey au Maroc, à sa civilisation et ses arts, de nombreuses mesures furent prises.

La prise de conscience rapide par le Service des Arts Indigènes du danger que courraient la poterie et tous les arts traditionnels marocains engendra l'acquisition de belles pièces anciennes ou de collections entières, la création de multiples musées et l'organisation de nombreuses expositions. Leur objectif était de conserver le patrimoine artistique et culturel pouvant servir de modèle aux artisans et de stimuler et provoquer la restauration de traditions ancestrales typiquement marocaines. Grâce à cette initiative, une véritable renaissance des arts, en particulier de la poterie, a eu lieu et des artistes tels que Al-Amali (né à Alger en 1890) et Al-Sarghini ont réinventé de nouvelles formes et motifs ou introduit de nouvelles techniques au goût du public marocain et étranger.

Les corporations qui regroupaient les potiers sont remplacées en 1940 par des coopératives artisanales, créées par le Service des Arts indigènes. L'objectif principal était de conserver les riches répertoires ornementaux anciens tout en modernisant les techniques de production. C'est grâce au génie des artistes et artisans marocains qui, au fil des siècles se sont inspirés de traditions multiples, qu'un art singulier, purement marocain, vit le jour.

Le règne de Hassan II (1961-1999)

Le 3 mars 1961, Hassan II est intronisé, héritant d'un pays politiquement stable. Pérennisant l'initiative de son père, il avait définitivement renoncé au titre de sultan pour celui de roi plus conforme aux références du temps. Véritable virtuose de la politique, Hassan II avait été formé et préparé par son père Mohammed V qui l'avait associé très tôt au pouvoir. Pendant son long règne qui s'achèvera à sa mort le 23 juillet 1999, le roi Hassan II eut pour objectif la transformation du vieil et solennel «Empire Chérifien» en moderne «Royaume du Maroc». Dès le début de son règne, le jeune souverain entreprit de moderniser les institutions du royaume. Sa politique fut d'adapter le Maroc au monde contemporain tout en préservant ses traditions et ses racines.

Le pays qu'il laissa à son fils Mohammed VI était profondément différent de celui dont il avait lui-même hérité. C'était d'abord un pays plus vaste, agrandi durant son règne de trois anciens territoires espagnols : Sidi Ifni en 1969, Saquia al Hamra en 1975 et enfin Oued al Dahab en 1979, ces deux derniers ensembles composant le Sahara occidental. Grâce à ce dernier, le Maroc est devenu une puissance maritime, possédant aujourd'hui plus de deux mille cinq cent kilomètres de côtes atlantiques. C'était ensuite un pays dont le centre de gravité politique et économique avait achevé de basculer vers l'ouest, le Maroc étant sorti de sa phase de repli. Cette ouverture s'accompagna du déplacement définitif du cœur du Maroc de Fès ou de Marrakech vers Rabat et Casablanca. C'était enfin un pays démocratique où l'alternance politique était devenue une réalité. En effet, la réforme constitutionnelle de 1992 opéra une véritable mutation du pouvoir car elle prévoyait que le souverain nommerait désormais les ministres sur proposition du Premier ministre.

En 1996, une seconde réforme dota le pays d'un Parlement à deux Chambres dont une élue au suffrage universel. Le Maroc était donc devenu un véritable Etat de droit, ainsi que l'exprime l'article 1er de l'actuelle Constitution : «le Maroc est une monarchie constitutionnelle, démocratique et sociale». Au mois de mars 1998, le roi Hassan II avait même nommé son vieil opposant socialiste Abderrahmane Youssoufi au poste de Premier ministre.

Le règne de Hassan II fut également caractérisé par un colossal programme de constructi

11/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres