MAROC VOYAGES TOURISME

Rabat

Rabat

Partout du bleu, bleu intense de la mer, de la rivière Bou Regreg et du ciel, et blottie dans l'écrin ocre de ses remparts, une ville blanche avec un minaret qui joue avec les nuages : voici Rabat, la capitale du Maroc.


Il y a huit siècles et demi que Rabat domine l'oued Bou Regreg et l'océan Atlantique. Plus de huit cents ans d'histoire y ont laissé de très belles réalisations, les unes réputées, les autres un peu plus oubliées des touristes. La médina est bien sûr incontournable, non pas que les souks soient les plus beaux ou les plus intéressants, mais parce que c'est là que bat le coeur de la ville


RABAT : Histoire

Les recherches et fouilles archéologiques effectuées à Rabat et sa région, montrent que le site a attiré depuis la lointaine antiquité des peuples divers, notamment les Phéniciens et les Carthaginois qui y installèrent leurs comptoirs de commerce. Les Romains qui leur ont succédé fondèrent un port à Salé, ville limitrophe

Habité depuis la période préhistorique puis antique, c'est avec les almohade (XIIsiècle) que le site de Rabat connaîtra le début d'un parcours historique continu et extraordinaire fait de rayonnement et d'activité.

Partie d'un simple Ribat (couvent fortifié) édifié pour contrecarrer les offensives des Bourghwata, le site sera aménagé sous Abdemoumen en Kasbah (forteresse) et en fait un point d'appui pour le camp des guerriers en route pour la conquête islamique de l'Espagne. Son petit-fils Ya'coub el Mansour a voulu faire de Rabat (Ribat-al fath) une capitale de son royaume et entreprit les travaux de fondation de la ville. Une vaste enceinte fut élevée ainsi que d'autres monuments dont la célèbre mosquée Hassan avec sa tour inachevée (voir ci-contre à droite) . Rabat connut toutefois une ère de déclin à partir de 1253, à l'avènement de la dynastie des Almoravides, ayant élu
Fès (Fez) comme capitale de leur empire.

 

En dépit des tentatives mérinides pour relever la ville qui périclitait depuis le XIVème siècle notamment par la construction de la nécropole royale sur le site de Chella, la ville de Rabat déclinait toujours. C'est l'arrivée massive des réfugiés musulmans et juifs venus d'Espagne à partir de 1609 qui donna un regain de vie à Rabat.

 

Les nouveaux venus occupèrent l'emplacement de l'actuelle médina qu'ils dotèrent d'une enceinte, qu'on appellera désormais muraille andalouse, et pris le nom de sala (salé) la neuve.

Rabat fût lentement sortie de sa léthargie par de nombreux commerçants et artisans andalous qui s'y établirent ainsi qu'à la ville jumelle Salé et y développèrent un commerce florissant. C'est dans cette conjoncture que les villes des deux rives du Bou Regreg, Salé et Rabat, se réunissaient en une seule république morisque et la forteresse des Oudaya (Kasbah) devint la capitale.

Cette entité entreprit une large et intense activité maritime basée sur la piraterie qui bouscula les Européens jusqu'en 1829. Malgré des dissensions épisodiques entre les habitants de ces deux villes, en raison des activités des corsaires basés à Salé et des représailles des puissances européennes, Rabat et Salé réussirent, sous le règne de la dynastie Alaouite, à s'organiser et à se développer.

En 1912 Rabat sera choisie être la capitale administrative du Royaume du Maroc.

 

 

 



29/09/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres