MAROC VOYAGES TOURISME

Littératures

Google
 
 

 

Littératures

 

Deux traits principaux caractérisent la littérature marocaine contemporaine.

D'une part, c'est une littérature bilingue, s'exprimant aussi bien en arabe qu'en français, et d'autre part, c'est une littérature qui, malgré son extrême jeunesse – à peine quelque 70 ans d'existence – a vécu les trois étapes primordiales  inhérentes à toute évolution littéraire en tant que
telle, à savoir la période de la naissance et de l'initiation, celle de l'institution proprement dite et enfin celle de la modernisation.
La première période, s'étendant des années 30 jusqu'aux années 50, a eu pour précurseurs Allal El Fassi, avec ses textes poétiques traditionalistes, reproduisant les schémas classiques d'écriture tels qu'ils ont cours notamment en Egypte. Idem pour Abdelmajid Benjelloun dans ses romans ainsi que dans ceux d'Abdelkrim Ghallab.

En langue française, Ahmed Sefrioui incarne à lui seul cette période, avec ses romans et nouvelles "ethnographiques" en quête de reconnaissance et de sympathie, notamment dans les milieux cultivés de la résistance française au Maroc.

La seconde période verra le fondement d'une identité littéraire marocaine propre, avec les textes poétiques engagés d'Ahmed Al Mejjati, Mokhtar Al Gannouni et Mohamed Serghini – les années 60 – tandis que Driss Chraïbi, avec son roman " Le passé simple ", paru en France en 1954, posait véritablement les premiers jalons d'une littérature marocaine d'expression (ou de calligraphie) française, une œuvre autobiographique pertinente par son engagement sinon par sa "violence".

Enfin, la troisième période donnera naissance à des poètes et des romanciers de valeur tels Abdellah Raja', Mohamed Toubi, Mohamed Zafzaf, Mohamed Choukri, pour ne citer qu'eux, tandis que le groupe de réflexion "Souffles", animé depuis sa création dans les années 60 et jusqu'à son interdiction en 1972, par Abdellatif Laâbi, Tahar Benjelloun, Abdelkébir Khatibi, et bien d'autres, consacrera comme tels ces noms dans la poésie et l'écriture romanesque moderne d'expression française.
En matière d'action culturelle liée au livre, notons le rôle du ministère de la Culture ( notamment l'organisation biannuelle puis annuelle depuis 2005 du Salon International de l'Edition et du Livre à Casablanca, l'ouverture prochaine de la Bibliothèque Nationale du Maroc coiffant le réseau des bibliothèques nationales à travers le Royaume, le lancement très récent de l'opération " le temps des livres" et « livre à la plage » pour promouvoir le livre et la lecture, ( opération en collaboration avec le Secrétariat d'Etat à la Jeunesse…)

Une action culturelle autour des auteurs et du livre, est menée par l'Union des Ecrivains du Maroc ainsi que Baït Achiir (La maison de la poésie), avec pour corollaire une certaine forme d'actions médiatiques (revues spécialisées, presse écrite et audiovisuelle). Toutefois, le nombre des maisons d'édition au Maroc, leurs capacités de production et de distribution, ainsi que le réseau existant des librairies sont loin de répondre aux attentes réelles en la matière.
Pour en savoir plus :



05/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres