MAROC VOYAGES TOURISME

Ben Bella pour l'autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine

Ben Bella pour l'autonomie du Sahara sous souveraineté marocaine

ÇáÓíÏ ÃÍãÏ Èä ÈáÉ íÄíÏ ÍáÇ ÓíÇÓíÇ íÞæã Úáì ãäÍ ÇáÃÞÇáíã ÇáÕÍÑÇæíÉ ÍßãÇ ÐÇÊíÇ ãæÓÚÇ ÊÍÊ ÇáÓíÇÏÉ ÇáãÛÑÈíÉ

ãÑÇßÔ 4-5-2006-
 ÃÚÑÈ ÇáÑÆíÓ ÇáÌÒÇÆÑí ÇáÃÓÈÞ ÇáÓíÏ ÃÍãÏ Èä ÈáÉ Úä ÊÃííÏå á "Íá ÓíÇÓí íÞæã Úáì ãäÍ ÇáÃÞÇáíã ÇáÕÍÑÇæíÉ ÍßãÇ ÐÇÊíÇ ãæÓÚÇ ÊÍÊ
ÇáÓíÇÏÉ ÇáãÛÑÈíÉ" ãÄßÏÇ Ãäå ÓÈÞ áå Ãä ÏÇÝÚ Úä åÐÇ ÇáãÔÑæÚ ÈÅÓÈÇäíÇ ãäÐ ÃÒíÏ ãä ÚÞÏ ãä ÇáÒãä

ßãÇ ÚÈÑ ÇáÓíÏ Èä ÈáÉ Ýí áÞÇÁ ãÚ ÇáÕÍÇÝÉ ÈãÑÇßÔ Úä ÊÝÇÄáå ÈÎÕæÕ ÅãßÇäíÉ Íá ÞÖíÉ ÇáÕÍÑÇÁ ÓíÇÓíÇ ãÈÑÒÇ Ãä åÐÇ ÇáÍá "ããßä ÍÇáíÇ Ýí Ùá æáÇíÉ ÇáÑÆíÓ ÇáÍÇáí ááÌÒÇÆÑ ÚÈÏ ÇáÚÒíÒ ÈæÊÝáíÞÉ ÑÛã ãÇ íÔæÈ ÇáÚáÇÞÇÊ Èíä ÇáãÛÑÈ æÇáÌÒÇÆÑ ãä Ííä Åáì ÂÎÑ ÈÝÚá ÊÏÎá ÈÚÖ ÇáÃØÑÇÝ".
æÞÇá ÎáÇá åÐÇ ÇááÞÇÁ ÇáÐí ÇäÚÞÏ ÇáËáÇËÇÁ ÇáÃÎíÑ Åäå "íäÇåÖ ÇáäÒæÚ äÍæ ÇáÊÓáÍ ÈãäØÞÉ ÇáãÛÑÈ ÇáÚÑÈí æÊÖÎíã ÇáÇÚÊãÇÏÇÊ ÇáãÇáíÉ ÇáãÑÕæÏÉ áÊÚÒíÒ ÇáÃÓáÍÉ æÇáÌíÔ áÃä Ðáß íÊã Úáì ÍÓÇÈ ÇáÊäãíÉ ÇáÇÞÊÕÇÏíÉ æÇáÇÌÊãÇÚíÉ æÇáËÞÇÝíÉ ááÔÚæÈ æíåÏÑ ÝÑÕ ÅáÊÍÇÞ ÈáÏÇä ÇáãäØÞÉ ÈÇáÚÇáã ÇáãÊÞÏã æíÓÇåã Ýí ÅÑÓÇÁ ÃÌæÇÁ ÇäÚÏÇã ÇáËÞÉ Èíä ÇáÃÔÞÇÁ ÇáãÛÇÑÈííä".
æÝíãÇ íÊÚáÞ ÈÇáÍÏæÏ Èíä ÇáÏæá ÇáãÛÇÑÈíÉ ÇáÊí ÇÚÊÈÑåÇ ÈãËÇÈÉ " ÞÕÉ ÞÏíãÉ æÈÇáíÉ" ÞÇá ÇáÓíÏ Èä ÈáÉ " Åääí ÃÑÝÖ ÇáÊÌÒÆÉ áÇäåÇ æÖÚ ÛíÑ ØÈíÚí ÝÑÖ ãä ÞÈá ÇáãÓÊÚãÑ¡ ÃãÇ ÇáæÍÏÉ Ýåí ÇáãØáæÈÉ¡ æááÎÑæÌ ãä ÇáæÑØÉ íÌÈ Ãä äÊæÍÏ " .
æÃÖÇÝ Ýí äÝÓ ÇáÓíÇÞ ÞÇÆáÇ " ÅääÇ äÚáã Ãä ÃæÑæÈÇ äÝÓåÇ ÇáÊí ÇÓÊäÝÐÊ ÝÊÑÉ ØæíáÉ ãä ÊÇÑíÎåÇ áÊÑÓíÎ ÇáÍÏæÏ ÇáæØäíÉ Èíä ÈáÏÇäåÇ¡ åÇåí Çáíæã ÊÊÎáì ÚäåÇ æÊÊæÍÏ " .
æÞÇá Ýí åÐÇ ÇáÕÏÏ Åä " æÍÏÊäÇ ßãÛÇÑÈííä áÇ íÌÈ Ãä Êßæä ãä ÃÌá Ôä ÍÑÈ ÖÏ ÇáÂÎÑíä Ãæ ÅÚáÇä ÇáÚÏÇÁ áåã æÅäãÇ ãä ÃÌá ÇáÊäãíÉ æÅäÞÇÐ ÇáÐÇÊ æÇáãÓÇåãÉ Ýí ÖãÇä ãÓÊÞÈá ááÇäÓÇäíÉ".
æÈÎÕæÕ ÇáãÓÃáÉ ÇáËÞÇÝíÉ ÈÇáãäØÞÉ ÃßÏ ÇáÑÆíÓ ÇáÌÒÇÆÑí ÇáÃÓÈÞ Úáì ÖÑæÑÉ ÊÏÈíÑåÇ ÈãäØÞ ÚÞáÇäí ÑÒíä ãÈÑÒÇ Ãä ÔÚæÈ ÇáãÛÑÈ ÇáÚÑÈí áÇ íãßä Ãä ÊÊäÕá ãä ÇáÇãÇÒíÛíÉ. æÞÇá " ßáäÇ ÃãÇÒíÛíæä æÚáíäÇ Ãä äÞÈá ÈÇáÃãÇÒíÛíÉ ØÇáãÇ ÃäåÇ áÇ ÊÊÚÇÑÖ æáÇ ÊäÇåÖ ÇáÚÑæÈÉ æÇáÇÓáÇã".
æÚä ãæÖæÚ ÇáÊØÑÝ ÞÇá "Åääí ÃÊãÓß ÈÇáÅÓáÇã æÈãÇ íÒÎÑ Èå ãä ÊÓÇãÍ æÞæÉ ááÍíÇÉ áßääí ÖÏ ÇáÊØÑÝ Èßá ÃÔßÇáå" ãÄíÏÇ ãÓáÓá ÇáãÕÇáÍÉ ÇáÐí ÇÚÊÈÑå ÇáÓÈíá ÇáæÍíÏ áÎÑæÌ ÇáÔÚæÈ ÇáãÛÇÑÈíÉ ãä ÇáãÃÒÞ ÇáÐí íÝÑÖå ÚáíåÇ ÇáäÙÇã ÇáÚÇáãí ÇáÍÇáí.
æÝí ãÇ íÊÚáÞ ÈãÚÑßÉ ÅíÑÇä ÇáÍÇáíÉ ÇáãÊÚáÞÉ È(ÇáãáÝ Çáäææí) ÚÈÑ ÇáÓíÏ Èä ÈáÉ Úä ÏÚãå áÇíÑÇä æÍÞåÇ Ýí ÊØæíÑ ÊßäæáæÌíÇÊåÇ.
æßÇä ÇáÑÆíÓ ÇáÌÒÇÆÑí ÇáÇÓÈÞ ÞÏ ÃáÞì Ýí ÈÏÇíÉ åÐÇ ÇááÞÇÁ ãÏÇÎáÉ ÊäÇæá ÝíåÇ ÞÖÇíÇ Êåã ÃÓÓ ÊÔßá ÇáäÙÇã ÇáÚÇáãí ÇáÍÇáí ÏÇÚíÇ Åáì ÈáæÑÉ ãÚÑÝÉ ÌÏíÏÉ Êãßä ÇáÔÚæÈ ÇáÝÞíÑÉ ãä ÇáäåæÖ æÇáÇáÊÍÇÞ ÈÑßÈ ÇáÈáÏÇä ÇáÛäíÉ ãÔÏÏÇ Úáì Ãä ÇáÊÖÇãä åæ ÇáÓÈíá ÇáßÝíá áÇÎÑÇÌ åÐå ÇáÔÚæÈ ãä ãÃÒÞåÇ ÇáÊÇÑíÎí æÇáÇÞÊÕÇÏí æÇáÇÌÊãÇÚí
.

---------------------------
M. Ben Bella favorable à une solution politique de la question du Sahara basée sur l'autonomie sous souveraineté marocaine
Marrakech, 04/05/06 -
L'ancien président algérien, M. Ahmed Ben Bella s'est dit favorable à une solution politique de la question du Sahara, fondée sur l'octroi aux Provinces du sud d'une autonomie élargie sous souveraineté marocaine.

"j'ai déjà défendu ce projet il y'a plus de dix ans en Espagne", a-t-il ajouté lors d'une rencontre avec la presse tenue, mardi soir à Marrakech.

M. Ben Bella n'a pas manqué également d'exprimer son optimisme quant à la possibilité de trouver une solution politique à la question du Sahara, estimant qu'il est actuellement possible de régler cette affaire sous le mandat du président Abdelaziz Bouteflika et ce, en dépit de ce qui caractérise les relations entre les deux pays de temps en temps du fait, notamment, de l'ingérence de certaines parties.

L'ancien président algérien s'est prononcé contre la course à l'armement dans la région du Maghreb arabe et contre l'augmentation des budgets alloués au renforcement de l'arsenal militaire et des armées, laquelle se fait au détriment du développement socio-économique et culturel des peuples de la région. Il a fait remarquer que de telles initiatives ne peuvent qu'instaurer un climat de méfiance entre frères maghrébins.

Concernant la question des frontières entre les pays maghrébins, qu'il considère comme une "histoire ancienne et anachronique", M. Ben Bella a affirmé qu'il "rejette la division qui constitue une situation anormale imposée par le colonisateur", relevant que "l'union est actuellement la voie la plus appropriée pour sortir de l'impasse".

Et d'ajouter : "Nous savons que l'Europe qui a, elle-même, consacré une longue période de son histoire à consolider les frontières entre ses pays, a fini par y renoncer et s'unifier".

"Notre union en tant que Maghrébins ne doit pas être perçue comme le prix d'une guerre contre les autres ou une déclaration de haine à leur égard, mais doit se faire pour la réalisation de notre propre développement et la garantie de l'avenir de l'humanité", a-t-il fait remarquer.

Au sujet de la question culturelle dans la région, l'ex-président algérien a estimé nécessaire de gérer cette question de manière rationnelle et sage, rappelant que les peuples de la région du Maghreb Arabe ne peuvent abandonner l'amazighité. "Nous sommes tous des amazighs et on doit accepter cette situation tant qu'elle ne s'oppose pas à l'arabité et aux valeurs sacrées de l'Islam", a-t-il précisé.

M. Ben Bella a d'autre part exprimé son rejet catégorique de l'extrémisme sous ses différentes formes, réaffirmant son attachement à un islam tolérant et respectueux de la vie.

Il a fait part, par ailleurs, de son soutien au processus de réconciliation en tant que voie unique pour faire sortir les peuples maghrébins de la situation actuelle qu'impose l'ordre mondial prévalant.

L'ex président algérien a soulevé, au début de sa rencontre, plusieurs questions se rapportant notamment aux fondements de l'ordre mondial actuel, soulignant la nécessité d'instaurer une nouvelle culture permettant aux peuples de réaliser le développement escompté, estimant que la solidarité demeure le seul moyen à même de permettre à ces peuples de sortir de l'impasse socio-économique et historique.

Source : MAP, 04/05/06



25/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres