MAROC VOYAGES TOURISME

Allal Elfassi

Allal Elfassi

Fondateur du parti  Al istiklal

Allal El Fassi (de son nom complet Mohamed Allal El Fassi ; né le 10 janvier 1910 à Fès au Maroc, mort le 19 mai 1974 à Bucarest,  en Roumanie) est un homme politique marocain, il est le fondateur du parti indépendantiste marocain, l'Istiqlal. Allal El Fassi a fortement influencé la vie politique et sociale du Maroc pendant plus d'un demi-siècle.

Le dirigeant nationaliste marocain Mohamed Allal Al-Fassi (1910-1974) fut l'un des fondateurs et, plus tard, le président du parti de l'Istiqlal, un érudit musulman érudit, et un auteur.

Mohamed Allal Al-Fassi est né à Fès le 10 janvier 1910, dans une famille qui descendent d'un compagnon du prophète Mahomet, et inclus des centaines de célèbres érudits islamiques, ainsi que le premier gouverneur général de l'Afrique du Nord musulmane. Allal al-Fassi le père était médecin de la divinité et conservateur de la célèbre bibliothèque de l'Université de Qarawiyin à Fès. Sa mère a également appartenu à la célèbre famille avec une influence considérable dans le nord du Maroc.

  En tant que jeunes, Allal Al-Fassi a été un des plus fervents défenseurs, doué, et les théologiens et les nationalistes révolutionnaires au Maroc. Commençant comme un garçon maigre avec piercing yeux bleus et cheveux blonds, il a développé une solide porte-parole du Maroc traditionnel de classe moyenne. Son évolution personnelle reflète bien les transformations du nationalisme marocain. Son éloquence remué petits commerçants, les artisans et les commerçants, qui ont contribué à le soutenir et à la circulation. Sa profonde connaissance des traditions islamiques et de ses écrits ont fait de lui l'un des chercheurs les plus respectés dans le monde arabe. Mais son début puritaine dur et sa volonté de réforme et de revitalisation de l'islam lui a aliéné de nombreux dirigeants politiques marocains.

En 1930, cinq ans après avoir publié son premier livre de poèmes, Allal Al-Fassi a terminé ses examens pour une divinité diplôme à l'université de Fès. La même année, il mena l'attaque contre la politique berbère de la France, qui semblait destiné à intensifier les divisions au sein de la population du Maroc; arrêté, il a passé 13 mois en prison. Après avoir été libéré, il devint le président du Mouvement d'action marocaine, puis du Parti nationaliste. En 1937, en raison de ses activités politiques, il a été exilé au Gabon et au Congo, où il est resté jusqu'en 1946. Au cours de ces années, il a appris le français. Après neuf ans d'exil, il est rentré au Maroc seulement de l'Istiqlal affrontement avec les dirigeants et le Sultan Mohammed V. forcé de s'exiler à nouveau, il s'installe au Caire. En outre, il a voyagé en Europe, en Asie, en Afrique subsaharienne, et en Amérique, de tenter de consolider sa position en tant que porte-parole nationaliste marocain. Pendant plusieurs années, jusqu'en 1953, Allal Al-Fassi a vécu dans la ville internationale de Tanger, puis retourne au Caire. Là, il a défendu la cause de la résistance armée contre les Français au Maroc.

En 1953, lorsque d'autres politiciens se retourner contre l'armée marocaine terroristes qui ont tenté de leur pays clé de la France libre en employant des tactiques de guérilla urbaine, Allal Al-Fassi est devenu le seul dirigeant de l'Istiqlal important allié lui-même avec eux. Lorsque la France a accordé au Maroc son indépendance en mars 1956, le besoin de l'Istiqlal Allal Al-Fassi pour négocier avec les chefs terroristes et les émouvoir à la partie. Après l'indépendance, en conséquence, il a été réintégré dans l'Istiqlal. En 1959 il devient président, après plus d'éléments radicaux conduit par les syndicats divisent. Le 2 juin 1962, il est devenu ministre des affaires islamiques, poste qu'il a démissionné le 5 janvier 1963. En mai 1963, il a été élu au parlement, qui a été dissoute en 1965.

Comme chef en titre de l'Istiqlal, il a ensuite commandé la loyale opposition au roi Hassan II. Lui et ses adeptes fait campagne pendant sept ans contre Hassan réformes constitutionnelles et législatives qui ont pris fin le gouvernement, et il est resté une farouche partisan de revendications territoriales du Maroc sur le Sahara espagnol et à Tindouf. Avant d'Allal Al-Fassi a pu voir une réelle résultats de ces années de travail, cependant, il est décédé d'une crise cardiaque le 19 mai 1974, lors d'une visite en Roumanie pour rencontrer le Président Nicolai Ceaucescu.


29/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 39 autres membres