MAROC VOYAGES TOURISME

Al Idrissi

Site des Films Gratuit
Americain Français Arabes
et même vous pouvez télécharger vos choix
N'hesiter pas à visiter notre site :

http://www.planfilm.com/

Al Idriss

 

Al Idrissi ou Al-Idrīsī ou encore Charif Al Idrissi, de son nom complet Abu Abdallah Muhammad Ibn Muhammad Ibn Abdallah Ibn Idriss al-Qurtubi al-Hassani (arabe : ÇÈæ ÚÈÏ Çááå ãÍãÏ ÇÈä ãÍãÏ ÇÈä ÚÈÏ Çááå ÇÈä ÇÏÑíÓ ÇáÞÑØÈí ÇáÍÓäí), connu aussi sous le nom latin de Dreses, est un géographe et botaniste almoravides, né à Ceuta  vers 1100 mort vers 1165. Il doit sa renommée à la rédaction d'un ouvrage de géographie descriptive intitulé Kitâb Nuzhat al Mushtâq ou Kitâb Rudjâr ou Le Livre de Roger. Ce livre fut rédigé à la demande de Roger II, roi normand de Sicile, pour illustrer et commenter un grand planisphère en argent construit par Al-Idrīsī.

Biographie

On connait peu de choses sur la vie d'Al-Idrīsī. Il serait né à Ceuta, à l'époque partie de l'empire des Almoravides , vers 1099 ou 1100, d'une famille noble. Il semble avoir étudié à Cordoue. Il aurait voyagé au Maghreb, en Andalousie, au Portugal, et peut-être même en Asie mineure, rapportant de ses voyages des notes sur la géographie et la flore des régions visitées. On connaît mal les circonstances de sa venue en Sicile où il arrive à Palerme en 1139. Le roi normand Roger II de Sicile l'aurait appelé à sa cour pour y réaliser un grand planisphère en argent, et surtout pour écrire le commentaire géographique correspondant. Ce travail lui prendra 18 années de sa vie. On perd sa trace en 1158, après qu'il eut effectué ce travail. Les historiens situent la date de sa mort entre 1164 et 1180. Le peu de renseignements sur ce savant du Moyen-âge, réside peut-être, d'après l'historien F. Pons Boigues , dans le fait que les biographes arabes ont considéré Al-Idrīsī comme un renégat, au service d'un roi chrétien.

Œuvre

Le géographe

Lorsqu'il arriva à Palerme en 1139, il se lança dans la constitution d'un planisphère et d'un commentaire associé -le Livre du divertissement de celui qui désire découvrir le monde (Kitāb nuzhat al-mushtāq fī ikhtirāq al-āfāq)- plus communément connu sous l'appellation de Livre de Roger, qui constitue l'un des meilleurs ouvrages de cartographie médiévale

Le Livre de Roger comprend une description de la Sicile, de l'Italie, de l'Espagne, l'Europe du Nord, et l'Afrique, ainsi que de Byzance : c'est une description résolument universaliste qui comprend aussi bien la géographie physique que les activités humaines. Sa connaissance du Niger, du Soudan et du Nil est remarquable pour son époque. L'ouvrage a bénéficié de la situation particulière du royaume normand de Sicile au XIIe siècle et du syncrétisme entre civilisations byzantine, normande et arabe qui le caractérisait.

Pour réaliser cet ouvrage, al-Idrīsī s'est appuyé sur les résultats de ses propres voyages mais ausi sur les observations qu'il commandait à d'autres voyageurs.

Il semble que la première publication de l'ouvrage date de 1157. On n'en possédait qu'un abrégé, publié pour la première fois en arabe à Rome en 1592, et traduit en latin sous le titre de Geographia Nubiensis, par Gabriel Sionite, Paris, 1619. Pierre Amédée Jaubert en retrouva en 1829 un manuscrit complet à la Bibliothèque nationale de France et en publia la traduction en français, Paris, 1837-1839, 2 volumes in-4, avec notes. C'est la seule traduction complète du Livre de Roger : elle est considérée comme peu fiable en raison des manuscrits de seconde main qu'elle utilise. Une nouvelle édition ne corrige que partiellement ces erreurs.

Plus tard, al-Idrīsī a mis au point une autre encyclopédie géographique, plus complète encore, que l'auteur a intitulée Rawd-Unnas wa-Nuzhat al-Nafs (Plaisir des hommes et joie des âmes), livre également connu comme Kitab al-Mamalik wa al-Masalik (Livre des royaumes et des routes).

Le botaniste

En matière de plantes médicinales, son Kitab al-Jami-li-Sifat Ashtat al-Nabatat (Livre rassemblant les descriptions fragmentaires des plantes) témoigne de ses connaissances approfondies en botanique. Il a étudié et a examiné la littérature disponible en son temps sur le sujet des plantes médicinales et a fait progresser les connaissances en la matière depuis les Grecs anciens. Un grand nombre de nouvelles plantes, des drogues avec leur évaluation médicale, a ainsi été donné aux médecins. Il a donné les noms des drogues dans six langues : syriaque, grec, persan, hindi, latin et berbère.

À côté de la botanique et la géographie, al-Idrīsī a aussi écrit sur la faune, la zoologie et les aspects thérapeutiques. Son œuvre écrite en arabe a été traduite rapidement en latin. Ses livres sur la géographie sont restés populaires plusieurs siècles en Orient et en Occident.



17/10/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres